2021: une année 2020 ... mais en mieux

2021 mieux que 2020 ? Vraiment ? On prend les paris ! Sans compter sur les effets positifs (et probablement plus tardifs que prévu) du vaccin, l'envie de voyager et de s'évader est là ! Cette année, ni les pros ni les voyageurs ne seront pris au dépourvu pour se retrouver et réaliser une saison printemps-été 2021 des plus honorables. Voici pourquoi on y croit !

Oui, on aimerait tellement écrire autre chose. Du genre, "ça y est, c'est fini ... on repart sur du neuf !". Et pourtant, à l'heure où l'on écrit ces lignes, rien ne laisse penser que la première moitié de 2021 - pour aussi loin que l'on puisse se projeter - sera diamétralement différente de 2020. Dans l'attente d'une nouvelle phase de confinements plus ou moins contraints et plus ou moins longs (on parle de 3 à 4 mois à patienter encore), avec une actualité virale rythmée par l'apparition de variants plus ou moins agressifs et des stop-and-go à répétition dans des pays que l'on croyait sous contrôle (Chine, Corée, Australie ... ont ressérré l'étau cette fin de semaine) ... la probabilité que ce premier semestre soit aussi morne que celui de l'an dernier est tout de même très élevée. Et que dire de la situation des stations de sport d'hiver dont on peut penser - toujours à cette heure-ci et sans connaître les effets du "relâchement" de fin d'année - qu'elles auront du mal à se dispenser d'une "année blanche" (voir notre article précédent). Pour résumer, c'est pas folichon ... mais on ne doit pas désespérer car les raisons d'espérer sont là !

Nouveau call-to-action

Dans notre récent article, nous parlions d'un long tunnel de six mois auquel tout professionnel du tourisme et des loisirs devait se préparer. A juste titre, on pourrait même parler de neuf mois tant l'espoir que les premières sorties (de vraie liberté) ne puissent raisonnablement se situer qu'au printemps prochain. Cela veut donc dire qu'il faut se préparer à cet hiver long :

Jusqu'à 30% à plus de 90 jours ...

Premières réservations ! Mais vous n'y pensez pas, les voyageurs sont au-delà de tout cela ...". Ce qui est faux. Jamais, comme aujourd'hui, l'envie de voyage et d'évasion n'a été aussi élevée. Après presque un an de confinements à répétition et de nouvelles assomantes égrénant le nombre de contagions et de décés, tous les types de voyageurs (solos, familles, tribus, baby boomers) sont disposés à partir ... et plutôt deux fois qu'une ! Le besoin d'évasion, de sortir de son train-train quotidien et de son périmètre de vie (qui se conjugue pour beaucoup en télétravail) n'a jamais été aussi élevé. C'est donc maintenant que les voyageurs cherchent et se préparent, au cas où...

Selon une étude récente menée par Booking, pendant les périodes de confinement, une grande majorité des Français (90 %) a essayé d’échapper à l’ennui en cherchant des idées de séjour, et 36 % ont consulté des destinations potentielles au moins une fois par semaine. C'est dire si l'envie d'évasion est prégnante.

Les réseaux sociaux ne sont plus la seule source d’inspiration car 26% d’entre eux s’inspirent de leurs propres photos de vacances pour décider de leur prochain séjour, et 18 % font confiance à leurs proches pour trouver des idées de voyage.== Plus de français qui sont partis en France en 2020, c'est donc potentiellement plus de prescripteurs pour se rendre chez vous si vos clients ont été heureux de leur expérience dans votre adresse.

Selon cette dernière étude menée par Booking (auprès de 20.000 voyageurs),65% des français et des habitants d'autres pays affirment qu'ils sont désormais plus enclins à partir en vacances que les années précédentes ... comme pour exorciser ces (trop longs) mois d'assignation à résidence. L'envie de ne pas rater la "fenêtre de tir" où il sera à nouveau possible de s'évader est colossale. Cela veut dire aussi que les français ne comptent pas, en 2021, être pris au dépourvu et devoir réserver à la dernière minute.

Pour un quart (24%) des voyageurs interrogés par Booking, "partir en voyage en 2021 sera l'occasion de rattraper le temps perdu en 2020". 22% des personnes interrogées affirment même qu'elles profiteront d'un weekend ou d'un séjour à la campagne pour célébrer un évènement de famille qu'elles n'auront pas pu célébrer normalement en 2020. L'envie de voyage n'a donc jamais été aussi forte et, comme vous le voyez, toutes les occasions sont bonnes. Et, contre toute attente, cette envie irrépressible s'épanouit dès maintenant ... alors que les déplacements et les contraintes n'ont jamais été aussi élevés. En clair ? Les français n'ont aucun mal à se projeter sur un printemps-été 2021 où il leur sera à nouveau possible de profiter de l'évasion et du charme des régions françaises ... car, en 2021 aussi (voir plus loin), la première destination sera bien la France !

Un autre premier enseignement de ce début d'année : si, en 2020, la "dernière minute" a été le fait marquant du voyage en ligne, la réservation "en avance" risque d'être le "second" nerf de la guerre. Pourquoi ? Globalement, les voyageurs sont plus au fait de la situation sanitaire et, facteur météorologique aidant avec ses effets sur une moindre diffusion du virus par des plus fortes chaleurs, ces derniers peuvent considérer à juste titre que les voyages (proches ou lointains) pourront à nouveau reprendre dès le printemps prochain. Cette fois-ci, donc, pas question d'être pris au dépourvu dès les annonces du Premier Ministre ou de devoir réserver en toute hâte "là où il y aura de la place" ... pour beaucoup de voyageurs, les vacances 2021 devront être "choisies" et maitrisées longtemps à l'avance; ce qui devrait aussi donner de la perspective et faire du bien à leur moral.

Plusieurs facteurs encouragent donc la tendance au early bird:

  • la probabilité d'une saison printemps-été ouverte aux weekends et au tourisme est très élevée dans l'esprit des français,
  • la certitude que la France sera encore très prisée pousse à "prendre les devants" et à sécuriser ses arrières en faisant son choix et ses réservations plus tôt qu'à la normale,
  • cette tendance est encouragée par le fait que les pros ont réussi à communiquer sur la "souplesse" de leurs conditions de réservations et, surtout, d'annulation; ce qui encourage les voyageurs à réserver plus tôt,
  • les pros se sont de plus en plus appropriés les règles de tarification "agiles" (prix "normal", early bird et dernière minute); ce qui leur permet de mieux cerner les attentes des différentes catégories de clients. Ces règles tarifaires "triples" sont désormais un Must Have pour tous les pros du tourisme et ce, quelle que soit leur taille. C'est ce que Booking appelle "le tiercé gagnant de la stratégie tarifaire.

Pour certains spécialistes du secteur, si, en 2020, les réservations à plus de 90 jours ont représenté jusqu'à 11% des volumes, elles pourraient peser jusqu'à 30% de la saison 2021 !

Attention, cette tendance ne signifie pas la fin de la "dernière minute"; au contraire, on se dirige vers un duo gagnant "early bird et dernière minute". Les profils "seniors" et "famille" semblent plutôt portés sur les réservations en avance tandis que les profils Millenials et solos restent concentrés sur la dernière minute. Un conseil, donc. Si vous devez attirer l'une ou l'autre de ces clientèles (ou plusieurs d'entre elles), adaptez dès maintenant vos offres en fonction (prix, intitulé de vos promotions, conditions particulières ...) et mettez les en avant sur votre site et votre moteur de réservation. Car, compte tenu des délais entre la recherche de séjour (destination, type et établissement) et la réservation, il s'écoule en général 65 jours. Pour les réservations de printemps, c'est donc dès fin janvier que cela devrait commencer ...

Photo by Nicolas Cool / Unsplash

Rapport Qualité-Expérience

"Des Promotions ? Et puis quoi encore ?!" Si l'an dernier, nous vous recommandions de ne pas baisser vos prix ... notre recommandation vaut toujours pour 2021. Mais attention, en phase de redémmarage de presque toutes les destinations, la compétition sera un peu plus musclée cette année. Cela veut dire que les voyageurs vont être très attentifs aux prix et aux "valeurs d'expérience" que vous allez leur proposer...

Toujours selon l'étude Booking, 56% des français seront plus attentifs aux prix en 2021 (les moteurs de comparaison comme Trivago devraient aussi reprendre du poil de la bête) et, fait nouveau pour 46% d'entre eux, la recherche se portera en priorité sur les promotions.

Mais comme nous l'avons écrit à plusieurs reprises en 2019 et 2020, les voyageurs cherchent, en fait, plus la valeur que le prix. Cette tendance est encore plus vraie dans un contexte de crise sanitaire où la manière dont vous allez gérer "agréablement" les contraintes pour vos clients sera une des composantes essentielles de la "valeur" plus que du "juste prix".

Un acte citoyen ... et patriote

Enfin, plusieurs facteurs militent en faveur d'une "destination France" dans l'absolu:

  • les contraintes de déplacements (hors Dom Tom) risquent de demeurer encore très forte au printemps et au début de l'été 2021 car les effets du déploiement du vaccin seront encore modestes sur la reprise d'une activité normale,
  • les risques de reprise épidémique et donc de quarantaine seront encore monnaie courante dans certaines destinations traditionnelles de l'été (l'Espagne en ligne de mire ...),
  • les français, pour leur part, ont redécouvert les charmes du pays et de sa campagne et la fidélisation devrait faire son effet cet été encore,
  • enfin, selon l'étude Booking,65% des voyageurs sont prêts à considérer l'acte de réserver chez un pro du tourisme comme un soutien à "leur" économie et aux entrepreneurs qui se mobilisent toute l'année pour leur apporter quelques jours de repos et d'évasion...

Si 42 % des voyageurs déclarent vouloir organiser un séjour pour découvrir une nouvelle destination en France, 47 % des sondés prévoient de retourner dans une destination qu’ils ont déjà visitée, au niveau régional ou national. L'art de surprendre ou la fidélisation restent aussi l'alternative gagnante dans l'univers du voyage...

Nouveau call-to-action

Une odysée qui commence maintenant

Tout n'est donc pas perdu et l'on aurait tort de ne pas envisager 2021 avec espérance. Certes, d'ici là, il va falloir tenir, actionner tous les leviers possibles et modifier, si nécessaire, votre propre modèle économique.

Mais cela est inévitable: la situation actuelle (et qui dure) nous oblige tous à faire preuve d'adaptation, à modifier les postures, la façon de communiquer, de présenter ses offres et ses prix, d'organiser l'accueil de ses clients ... là aussi, la différence se fera entre les pros ... et les autres. Et c'est bien chez les pros que la reprise sera la plus rapide, la plus forte et la plus bénéfique en vue d'une reconstruction totale à l'horizon 2022. C'est loin, mais c'est maintenant que commence l'odysée. Bonne Année à tous et tous nos voeux de succès pour cette nouvelle année. Que la santé vous accompagne et que nous sachions tous nous soutenir dans cette nouvelle épopée.