Les jeunes et les locaux peuvent booster votre "arrière-saison" !

Après une saison estivale meilleure que prévu dans de nombreuses régions, réussir l’aile automnale dépend de vous. Jeunes étudiants en vacances prolongées, clients stressés par la Covid, publics locaux, travailleurs en télétavail… préparez un arsenal stratégique et attirez ces publics de pré-rentrée.

D’emblée, balayons le facteur climatique, qui conditionne le succès d’une arrière saison. Eté indien, froid précoce, instabilité orageuse… Vous n’y pouvez rien. Mais vous avez la main sur certains mécanismes qui déclenchent l’acte d’achat de séjours chez vous. Observez la tendance “jeune” de la pré-rentrée

Nouveau call-to-action

"Plus on est jeune, plus on a envie de voyager”

Les jeunes voyageurs sont prêts à reprendre la route, d’après Virtuoso et son réseau mondial de conseillers du voyage. L’observateur planétaire estime que la génération Z, la génération Y et la génération X sont les plus ouvertes à l’idée de re-voyager, dans le contexte incertain du Post-Covid (ou de la reprise de la Covid). Cette affirmation découle de l’étude d’environ 60 jours de ventes, présentée du 10 au 13 août à Las Vegas. Qu’en ressort-il en clair ? Plus le voyageur est jeune, plus il est susceptible de voyager : en juin, 84,2% des voyageurs de 18 à 25 ans avaient envie de refaire leurs valises, contre 36,2% chez les 55-76 ans. La peur du virus joue beaucoup. Les étudiants (ou assimilés) ont du temps avant la rentrée universitaire. Activez votre imagination pour colorer votre communication de signaux qui les attireront. Soyez flexible, car la tendance à la réservation last-minute tend est désormais la norme, tandis que progresse la version supérieure, l'ultra-last-minute.

Avec ou sans re-confinement (un plan a été préparé par le Premier ministre, Jean Castex), notez que les vacances de la Toussaint débutent le 17 octobre, celles de Noël le 19 décembre. L’étirement de la saison “estivale” jusqu’en hiver est une probabilité forte de l’année, car la pause du confinement a provoqué un jet lag de long terme sur les consommateurs de vacances. Mais évitez l’euphorie, car seul 22% du public mondial envisage de voyager pendant les fêtes et attend de voir l’évolution de la situation avec de planifier, selon un sondage Virtuoso réalisé en juillet.

tracez-l-ico-ne-d-indicateur-symbole-emplacement-de-gps-signe-goupille-carte-se-connectent-le-fond-blanc-logo-fle-che-126452006

Faites une ristourne aux locaux

Pour booster l’occupation de votre hébergement, surtout auprès des clientèles jeunes (en manque de moyens), "soldez" vos tarifs pour ceux qui habitent sur un rayon de 30, 40, 80 km de chez vous. Dans les zones de fortes affluences, de nombreux "locaux" ne se sont pas mélés aux "masses" cet été par crainte de débordement sanitaire. D'autres sont partis "ailleurs" dans des secteurs réputés plutôt calmes ... mais qui se sont avérés, finalement, eux aussi très prisés. Chez de nombreux "locaux", l'envie de partir est toujours là et profiter des atouts de leur "voisinnage" reste une idée dominante que de nombreux professionnels ont bien vu venir ...

A Nice, par exemple, certains hôtels proposent des chambres 30% moins chères pour tous les habitants de la ville et de la région Sud (Provence-Alpes-Côte d’Azur). Si vous vous jetez à l'eau, sachez que cette clientèle d’arrière-saison appréciera votre geste. Si elle n’est pas partie en vacances cet été, elle trouvera un certain bonheur à le faire plus tard. Jouez sur un sentiment commun : “maintenant que les touristes sont repartis, soyez touriste(s) chez vous”.

Nouveau call-to-action

Maîtrisez la boîte à outils de la Covid-19

Nous l’avons vu, avec ou sans jeunes, un bon séjour dépend fortement de votre capacité à assumer la Covid-19 sans en faire un problème anxiogène. Activez le mode sympathique, tout en restant impeccable sur la protection.
Le port du masque se généralise dans de plus en plus d’espaces publics et dans les entreprises, en transformant les habitudes. Dans les Pyrénées, l’augmentation du nombre de randonneurs et le boum du VTT démontre que le tourisme sans masque est un (petit) secteur à part entière. A l’inverse, les destinations urbaines sont moins demandées. Virtuoso affirme que les réservations dans des hôtels vantant la « vie en ville » ont diminué, probablement en raison des mesures sur le port du masque en milieu citadin, qui rendent le quotidien moins communicatif.
Les nouveaux réflexes issus du contexte sanitaire vous invitent à réussir le pari de la clientèle locale, jeune ou moins jeune. L’été en cours démontre que la pandémie est un véritable argument de séjour, surtout si l’on prend la peine d’expliquer aux habitants locaux les avantages de leur propre région. Appuyer sur ce paradoxe, c'est se donner les chances d'une hausse de réservations.