Le pass européen donne le top départ des réservations d'été

C’est fait ! Le Parlement européen a validé, le 9 juin, les passeports sanitaires qui prouvent que le titulaire n'est pas porteur du coronavirus. Ce sésame doit faciliter les procédures de voyage en Europe pour les vacances d’été et celles d’après. Avec un QR code, il permettra de justifier d'une vaccination contre le coronavirus, d'un test négatif ou d'une immunité à la suite d'une infection. Une chance pour les hébergeurs français chez lesquels les européens sont impatients de revenir. Ça va se bousculer dans les chaumières dans les prochaines semaines ...

Si vos réservations "bouillonnaient" depuis quelques semaines. Ce n'était rien à côté de ce qui va arriver ces prochains jours avec la validation du pass sanitaire européen qui ouvre la voie aux voyages à l'ensemble des pays de la communauté !

Après la carte nationale d’identité, le permis de conduire, la carte vitale (etc), le passeport sanitaire français (avant le grand-frère européen) atterrit dans notre portefeuille ... ou plutôt, dans notre mobile. Et il va, à coup sûr, devenir un "Must Have de l'Été 2021" ...

Les touristes de l’été 2021 seront les premiers de l’Histoire à utiliser ce sésame, qui est, en somme, un carnet de santé digital identifié par un QR code. Mais les hébergeurs français ont surtout les yeux rivés sur le pass européen, générateur de flux entrants, qui fonctionnera dès le 1er juillet, pour une durée de 12 mois. Cet autre document justifiera d’une immunité contre la pandémie, sur un smartphone ou, plus rarement, sur un document papier. Il permettra une totale liberté de déplacement dans les pays de l'Union européenne, sans quarantaine ni PCR négatif à l’arrivée.

En France, tout commence ici : pour un voyageur, il faut effectivement télécharger l’appli TousAntiCovid, qui a été augmentée du passeport pour s’appeler “TousAntiCovid Carnet”. Il est raisonnable de penser que l’équivalent "papier" n’est pas très important, car 75 % des Français ont un smartphone et les voyageurs, généralement amis du digital, s’opposent peu à l’intégration de leurs données personnelles dans une solution électronique.

Nouveau call-to-action

shutterstock_1364554769
Romolo Tavani / Shutterstock

Exigible dès l'âge de 11 ans

Le pass sanitaire est la présentation d’une preuve de test négatif, de vaccination ou de rétablissement du Covid. Présenté en digital ou en papier, il est exigible dès l'âge de 11 ans. La loi de gestion de sortie de crise sanitaire (française) autorise son utilisation jusqu’au 30 septembre 2021. Du point de vue français, la version "frontières" de ce document facilite le passage des contrôles sanitaires lors d’un voyage. Le 1er juillet, elle sera complétée par le certificat vert européen, voué à fluidifier les déplacements dans l’Union européenne. A cette date, le QR code français sera converti en QR Code européen, le cadre domestique étant alors élargi au continent sans la moindre manipulation de la part des titulaires du Pass. L'opération sera donc automatique pour les détenteurs de l'application; les autres pourront télécharger le QR Code européen dès le 21 juin sur le site de l'Assurance Maladie Ameli.fr.

Que faire pour obtenir un pass sanitaire valide ? Les données personnelles doivent être complétées dans la fonctionnalité "Carnet" de l’appli Tous Anti Covid, selon trois possibilités :

  • Le certificat de vaccination complète et effective, deux semaines après la deuxième injection d’AstraZeneca, Moderna ou Pfizer, quatre semaines après la dose de Jonhson & Johnson, ou suite à l’injection unique, pour les personnes ayant contracté le Covid.

  • Un test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h pour les contrôles aux frontières.

  • Un test positif attestant du rétablissement du Covid, d’au moins 15 jours et de moins de 6 mois.

Lire aussi :
3 mn pour tout savoir sur le pass sanitaire européen
Google publie la carte mondiale des possibilités de voyages
Le passeport européen Covid sera présenté cette semaine

Nouveau call-to-action

Quid du tourisme étranger vers la France?

Si les Allemands, Néerlandais, Belges, Italiens, Espagnols (...) qui choisiront la France auront toute la liberté de venir dans l'hexagone munis de leur pass, il faudra veiller à ce que les règles soient appliquées dans les mêmes conditions d'un pays à l'autre; ce qui n'est pas encore évident à l'heure où nous écrivons ces lignes. Une chose est sûre: pour les "extra-européens", la liberté d'accès et de circulation à et au sein de l'Europe n'est pas encore garantie à ce jour. On peut attendre des arrivées européennes, mais pour le reste du monde, les arrivées sont encore incertaines et probablement quasi-nulles cette année encore.

Dans tous les cas, entre la baisse de l'épidémie et la libération progressive des possibilités de voyage, le moral européen est excellent face au passeport : ils sont 91%, parmi les voyageurs, à apprécier cette possibilité libératrice. Cependant, l'été n'est pas fait, les Européens et ceux qui habitent plus loin ne sont pas acquis à la France : "Il faut que nous fassions attention par rapport aux autres destinations européennes et à la clientèle internationale qui pourrait se sentir plus sûre ailleurs que chez nous, en France", prévient Henri Giscard d'Estaing, patron du Club Med, en référence aux Américains, Chinois ou Japonais qui hésiteraient à venir passer leur séjour dans l'Hexagone. Pour les propriétaires français, la stratégie ne repose pas sur l’attentisme passif, mais sur l’incitation directe auprès de leurs clients : non, il n’y a pas plus de risques à voyager en France que de rester chez soi en Allemagne, Suisse, Belgique (etc). Le dispositif européen (pass sanitaire) vient conforter la volonté des européens de voyager: au-delà des risques sanitaires en diminution, la liberté d'aller et venir semblait plus-qu-essentielle pour libérer, à son tour, les actes d'achat et de réservations. C'est désormais chose faite !