3 mn pour tout savoir sur le pass sanitaire européen

En vigueur à partir du 26 juin prochain, comme annoncé hier dimanche, le “certificat numérique Covid européen” franchit une étape cruciale, puisqu’il va aussi fonctionner dès le 1er juillet dans 30 pays... et avec lui, potentiellement, le retour des clients étrangers chez vous ! Voici le mode d’emploi et la portée de ce sésame qui digitalise sur un seul et même support les documents justificatifs du bon état de santé du voyageur. Adopté en mode "rapide", le pass devrait booster le trafic de cet été mais aussi celui de cet automne en France où l'on prédit une belle (arrière) saison ... en attendant de s'étendre au reste du monde.

C'est certainement l'un des fers de lance de la relance touristique ! Le certificat sanitaire européen, évoqué dès le mois d'avril, est la preuve que son propriétaire ne risque pas de propager l'épidémie. C'est un "élément clé sur la voie d'une reprise des voyages de façon sûre et aisée à travers l'Union européenne", selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ce document digital fonctionnera à partir du 1er juillet, selon une décision annoncée jeudi 20 mai. Appelé "Certificat numérique Covid européen", en version française, il sera équipé d’un QR code contenant une signature électronique attestant de son authenticité. Il pourra être présenté aux autorités sous forme digitale, sur smartphone, ou imprimé sur papier. Aux arrivées dans les aéroports, les agents spécialisés scanneront tout simplement le code, ce qui devrait fluidifier les flux de circulation ... même si, la semaine dernière, de l'aveu même du Président d'Aéropors de Paris, Augustin de Romanet, il faudra s'attendre à un "apocalypse" des files d'attentes dans les aéroports parisiens.

Ce passeport sera intégré à l’appli nationale Tous AntiCovid, qui intègre déjà les certificats de vaccination français depuis fin avril (et a été téléchargée plus de 15 millions de fois depuis son lancement). Il doit faciliter les voyages au sein de l'Union européenne malgré la pandémie et s’appliquera pendant un an dans les 27 Etats membres, auxquels s’ajouteront l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein. Les pays européens sont libres d'utiliser aussi ce certificat pour les concerts, festivals, rencontres sportives etc.

En clair, grâce à ce passeport, de nombreux européens vont retrouver une plus grande marge de manoeuvre pour voyager surtout si, entre temps, les situations sanitaires se tendent de-ci, de-là ... les détenteurs du fameux passeport bénéfieront d'un atout supplémentaire pour se déplacer.

L'intérêt pour les expressions "passeport vaccinal" ou "passeport sanitaire" explose sur Google depuis février dernier; preuve de l'envie pressante de voyager des internautes.

Que contient le certificat, quels vaccins ?

Ce pass sanitaire, gratuit et lisible dans toute l'UE, concentrera sur un seul document les données utiles, patient par patient. Il contiendra 3 types d’informations, qui prouveront :

  • La vaccination de l’individu contre le Covid-19,
  • L’existence d’un test PCR (ou antigénique rapide) négatif concernant la personne, si ce dernier a été réalisé sous moins de 72 heures (ensuite, il devrait s'effacer automatiquement),
  • L’immunisation, après avoir contracté la maladie,

Les pays concernés doivent accepter sur leur sol les voyageurs vaccinés avec les quatre produits autorisés en UE : Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson&Johnson. Ils ont le droit (mais pas l’obligation) d'admettre aussi les personnes traitées par Spoutnik, issu de Russie, ou Sinopharm, conçu en Chine.

En effet, passeport vaccinal ou pas, décision européenne ou pas, chaque pays de l'UE pourra décider des "privilèges" accordés à ce passeport souverainement. Cela veut dire que s'il permet d'entrer librement en Espagne, par exemple, il n'est pas dit qu'il serve de "laissez-passer" automatique en Autriche, par exemple. Si vous devez voyager à votre tour, pensez toujours à vous renseigner à ce sujet car le passeport vaccinal n'est pas d'application uniforme dans toute l'Europe.

En revanche, pour vos futurs clients européens, pensez à indiquer sur votre site internet, vos réseaux sociaux, mais aussi vos vouchers (documents de confirmation), si le passeport vaccinal est accepté dans notre pays et sous quelles conditions, pays par pays.

pps_elloha

Les 4 points faibles du système

Même si cette création rapide est un point fort pour l'été prochain, intrinsèquement, ce passeport recèle quelques points faibles qui pourraient alimenter la critique d'ici à cet été:

  • Des doutes subsistent sur la durée de validité des tests (24 à 72 h selon les Etats, 48 h selon l’Union européenne), qui reste à harmoniser. Il conviendra donc de s’informer au préalable,

  • L’Europe n’est pas homogène en matière de coût des PCR. Le Parlement européen réclame la gratuité, mais certains Etats y sont opposés, pour protéger leurs finances publiques. L’UE demande que les tarifs de ces tests de dépistage soient "abordables et accessibles" et va mobiliser 100 millions d'euros pour acheter des tests.

  • Le certificat ne garantit pas d’éviter une quarantaine à l'arrivée, car la situation peut se détériorer dans le pays ou la région de provenance du voyageur (apparition d’un variant du coronavirus). Dans cette hypothèse, le pays de destination doit avertir 48 heures à l'avance les autres États de nouvelles restrictions et de leur durée.

Dès lors, n'oubliez pas d'actualiser sur votre site les conditions d'accès à votre pays et donc, votre destination. Le site https://reopen.europa.eu/fr actualisé en permanence, informe sur les conditions applicables dans les différents pays européens.

  • enfin, pour les enfants qui voyagent avec leurs parents ? Contrairement aux adultes, la plupart des enfants et ados n'auront pas été vaccinés cet été, de sorte qu’ils devront passer un test pour voyager.
Nouveau call-to-action

Quid du reste du monde ?

Pour obtenir un système (assez) universel, c’est-à-dire obtenir une reconnaissance mutuelle et une interopérabilité technologique générale, l’Union européenne négocie avec plusieurs pays tiers, dont la Suisse, le Royaume-Uni et les US, mais aussi avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des associations de transport aérien. À ce stade, donc, le passeport vaccinal n'est encore reconnu qu'en Europe et, encore, avec des conditions d'acceptation qui peuvent différer d'un pays à l'autre.

D'ici là, l’Europe va-t-elle pouvoir accueillir des voyageurs vaccinés en provenance de pays tiers ? Les Etats doivent tenter d’éviter les restrictions envers les détenteurs d'un certificat sanitaire, mais ils sont libres de faire ce qu’ils veulent (on revient là sur la supposition d’un variant qui affolerait les dirigeants). Et les US, par exemple, ne reconnaissent pas encore le "sésame" européen. Tandis que les européens, la France notamment, ont déjà fait savoir qu'ils accueilleraient les nord américains porteurs d'un certificat.

Il est encore bien top tôt pour parler d'une compatibilité avec le certificat chinois, lancé en mars. Ce pass permet le stockage de données sur l'appli WeChat (avec aussi un QR code). Le retour des touristes chinois en France n'est donc pas pour demain. Idem pour le procédé Israélien, un "passeport vert" lancé en février, après une intense campagne de vaccination. POur l'heure, il n'est pas encore automatiquement reconnu en Europe.

COVID-19 Vaccination Passport
Passeport vaccinal allemand - (Photo Lukas / Unsplash)

Trafic de données personnelles interdit

Reste des questions sensibles à traiter entre les différents pays: ce document d’identité sanitaire ne doit contenir, en effet, que les données personnelles "strictement nécessaires", dans le respect de la réglementation européenne (RGPD), indique l’UE. Ces données ne seront pas échangées entre pays; seule la clé permettant de vérifier l'authenticité du certificat étant utile ... et les pays récepteurs recevront une interdiction formelle de conserver ces données.

Si l'accélération est certaine, tout comme le fait qu'elle ouvre de sérieuses perspectives sur le retour de touristes étrangers, l'arrivée du passeport vaccinal ne va pas "faire sauter les compteurs" du tourisme. Le flux de visiteurs va s'étendre et cela concernera d'abord nos voisins européens; ce qui représente 80% de notre clientèle "étrangère". La confusion - sur les différentes modalités de son acceptation d'un pays à l'autre et d'une semaine à l'autre - doit vous encourager à rester régulièrement informé à ce sujet et d'actualiser, au besoin, votre site si vous ambitionnez d'attirer à nouveau des clients étrangers. Le terme "passeport vaccinal" ou "passeport sanitaire" risquant de devenir très populaire dans les semaines à venir, nul doute qu'il saura aussi booster quelque peu le référencement de votre site internet.