L'Ile de Ré et la Bretagne restituent leurs cotisations à leurs pros

Destination Ile de Ré (l'office de tourisme de la célébre destination) vient d'annoncer, ce midi, la décision de rembourser l’intégralité des sommes perçues en 2020 auprès de ses adhérents, soit un montant total de 500 000€. La Région Bretagne (à travers de son CRT) a également restitué 180 000€ à ses adhérents ...

À notre connaissance, après Lyon Tourisme (OnlyLyon), Destination Ile de Ré est le 2ème office de tourisme de France à prendre ce genre de décision qui est forcément très appréciée par des pros dont la trésorerie a été sérieusement érodée durant cette période de crise. Quant au CRT Bretagne, il semble être le premier organisme régional à avoir dégainé cette "arme absolue" - car il s'agit de cash ! - auprès de ses pros : 180.000 € ont ainsi été redistribués à 1400 d'entre eux. Trugarez ! comme on dit en Bretagne !

Lire aussi:
L'Office de tourisme de Lyon rembourse ses pros !

Si pour un CRT (Comité Régional du Tourisme), les cotisations des professionnels ne constituent pas le gros des ressources financières (l'effort reste tout de même très louable ...), rappelons que, pour un office de tourisme, ce genre de décision n'est pas à la portée de toutes les destinations qui doivent, pour cela, bénéficier d'un soutien financier de substitution de la part de leurs collectivités de tutelle (mairies et communautés). Mais ce genre de décision est à saluer à plus d'un titre :

  • l'urgence est à sauver la trésorerie des pros pour leur donner tous les moyens de tenir, toutes les motivations de rouvrir cet été et, bien sûr, de participer au "sauvetage" de la saison prochaine ... un tissu économique qui est maintenu coûte que coûte (quelqu'en soit le prix ...) est un tissu d'entreprises qui manifestera plus de résilience et donc, sera plus à même de participer au sauvetage de la saison (et de l'économie locale); ce qui est un "investissement" pertinent pour les collectivités qui le décident ...
Nouveau call-to-action
  • ne l'oublions pas, le tourisme est une activité économique comme les autres: c'est donc l'offre qui crée la demande ! Pour une destination et donc, des élus, mettre la priorité sur le maintien et le support de l'offre est une façon constructive et intelligente de stimuler la demande (l'Île de Ré attirera toujours plus de monde si son offre tourisme & loisirs est aidée à se maintenir ...). Encore plus cette saison si particulière, faire de la promotion (forcément coûteuse) si une grande partie de l'offre n'est pas opérationnelle n'aurait aucun sens ...

Enfin, on voit bien que cette démarche s'inscrit dans l'accélération (dans la mutation) de certains offices de tourisme. Comme l'indique Jean-Luc BOULIN de la Mona, dans son blog, à l'adresse des offices de tourisme : "Vous n’avez plus de clients, occupez-vous de vos socio-pros !"

Clairement, cette crise va changer profondément le rapport des ODG ou DMO (Organisme de Gestion de la Destination ou Destination Management Organization) avec leurs professionnels (et adhérents).

Des attentes fortes se sont exprimées de la part des pros durant cette crise et de nombreuses structures accélèrent leur mutation vers "plus de services et d'accompagnements" aux pros. Nul doute que ces mutations auront aussi des conséquences importantes sur l'évolution de leur modèle économique dans un contexte où les finances publiques vont se raréfier après la crise et où chaque service devra être payé à sa juste valeur par les pros, sur le modèle probablement de ce qui est pratiqué Outre-Atlantique ... mais, en veillant toujours à conserver cette exception française à laquelle nous sommes tant attachés.

Voir aussi:
Notre webinaire : ce que les DMOs préparent pour la relance

Lire aussi:
Les DMOs auront-ils un effet bénéfique sur la reprise ?
Idées pour la reprise : celles que vous plebiscitez
Quand les DMOs aident à la relance