Idées pour la reprise : celles que vous plébiscitez

Première vague de résultats sur les idées (soumises par les pros et les DMOs) qui pourraient aider à un bon redémarrage du tourisme (quelque soit la période de déconfinement)...

En tête, gardez les bonnes pratiques de cette crise

La proposition qui arrive en tête de toutes les idées consiste à continuer d'encourager les initiatives de livraison chez les pros de paniers de produits locaux (produits frais avec les agriculteurs et repas en relation avec les restaurateurs ...) pour s'adapter aux situations probables de déconfinement progressif ... Cette proposition semble aussi s'inscrire dans la continuité de ce que les français ont (re)découvert avec la crise; à savoir, les vertus du circuit-court et l'incroyable capacité d'adaptation du monde agricole qui a vu des dizaines d'agriculteurs, partout en France, s'organiser pour livrer leurs productions à domicile, tenir des drive ou encore se fédérer avec des réseaux de points-colis (comme le réseau des buralistes mobilisé dans le département de l'Aube).

La livraison de produits frais en circuit-court qui aide aussi les agriculteurs de chaque région sera une des grandes tendances du tourisme 2020. 

Beaucoup d'attentes sur le "très court terme"

La 2ème proposition la plus appréciée est celle qui consiste à encourager et faciliter la revente réciproque des offres touristiques par les pros eux-mêmes (ex: une maison d'hôtes, un hôtel ou un camping peut distribuer sur son propre site et ses comptoirs les offres de loisirs de ses alentours et vice-versa, un pro du loisir peut permettre la réservation d'hébergements sélectionnés par lui-même sur son site). Cette méthode permettrait de démultiplier les canaux de vente directe pour les pros et de développer un nouveau type de distribution de l'offre touristique, sur le principe de la distribution circulaire déjà en place dans de nombreux territoires français comme la Dordogne, le Pays basque, le Gard, le Morbihan, etc ...

Offices CDTs et CRTs pourraient créer leurs propres études

En 3ème position, l'idée (prônée par Jean-Luc Boulin, de la Mona, qui était l'invité de notre webinaire du 11 avril) de mobiliser le réseau et les équipes des offices de tourisme, sur la base du volontariat, pour conduire avec leurs équipes une étude nationale sur les attentes (et les craintes) des voyageurs pour aborder leur été 2020. Selon cette idée, le réseau des offices pourrait s'appuyer sur une méthodologie commune, sur des échantillons de clientèle issus de leurs fichiers clients et donc, pourrait à la fois viser une approche "quanti" (pour quantitative) et "quali" (pour quantitative) qui permettrait, au fil des semaines, de délivrer aux professionnels des destination un baromètre fidèle de l'état d'esprit des français quant à leurs intentions de vacances (d'été !), leurs attentes sur place, etc ... Une telle étude, actualisée chaque semaine par exemple, permettrait aux professionnels et aux destinations de disposer d'indicateurs fiables grâce à la mobilisation de l'institut de sondage le plus imposant jamais mis en place pour le tourisme français.

La 4ème proposition la plus choisie est celle qui consiste - pour les pros et les DMOs - à monter des offres à forte valeur ajoutée avec les pros que les destinations pourraient largement promouvoir en vue du redémarrage. Cette idée soumise par l'office de tourisme de la Vallée de la Dordogne s'appuie sur un exemple local en cours de montage: "Par exemple, avec le Parc Animalier de Gramat, nous montons une opération "soigneur d'un jour" qui pourra être proposée à 2 adultes 2 enfants et/ou à un petit groupe d'ami ou encore des randonnées canoe en autonomie sur la Dordogne avec kit camping et bivouac, nous indiquent ses promoteurs. L'idée est de viser des offres qui permettent aux pros des revenus plus élevés dès le démarrage et pas seulement sur des produits secs sans valeur ajoutée ..."

Nouveau call-to-action

Dans le palmares des idées proposées et sélectionnées par les pros, arrivent, ensuite:

  1. Etablir un plan d'aide spécifique pour les pros des loisirs dont les conditions de redémarrage risquent d'être très compliquées en raison des limitations prévisibles de capacités d'accueil.
  2. Monter et promouvoir des offres "Tribus" qui incitent à la "privatisation" de lieux d'hébergements pour permettre aux familles et aux amis de fêter leurs retrouvailles "l'esprit tranquille".
  3. Fournir des kits d'accueil "Venez l'esprit tranquille" aux touristes. Ces kits pourraient être aux couleurs des destinations; ce qui permettrait ainsi aux professionnels de n'en supporter qu'une partie financière.
  4. Organiser des journées portes ouvertes chez les pros du tourisme ... pour que les habitants de la destination les (re)découvrent, en deviennent des clients ou des ambassadeurs auprès de leurs amis, etc ...
  5. Organiser, dès maintenant, des rencontres (virtuelles) pros-office pour préparer la relance sur un axe parfaitement bien ajusté à la situation de la destination
  6. Aider les professionnels à modéliser les différents scenarii de reprise avant l'été en partant du "scenario du pire" et, en conséquence, d'imaginer par anticipation les dispositifs à mettre en place pour les entreprises les plus menacées.
  7. Mettre en jeu (réseaux sociaux, médias ...) des prestations de loisirs que la destination achèterait à ses pros pour inciter les lauréats à réserver leur hébergement sur place
  8. ==Valoriser un label qui garantisse que les pros du tourisme respectent offrent toutes les garanties de sécurité aux clients=.

Les attentes des pros se situent donc - à juste titre - sur le "très court terme" et ce, compte tenu de la proximité avec la saison estivale :

  • les pros expriment un besoin criant de solutions concrètes pour bien (re)démarrer dès que possible. L'idée première avec le sondage et les sessions de travail sur les scenarii est de "ne pas se louper sur le démarrage" qui conditionnera tout le reste de la saison.
  • puis, une fois que le marché et ses attentes seront bien cernés de révolutionner le "design des offres" afin de coller au plus près des attentes des voyageurs, en fonction du contexte de dé-confinement.
  • enfin, sans y être opposés, les pros ne sont pas dans l'urgence de créer un label propre aux conditions sanitaires : pour beaucoup, il n'est pas question de créer un énième label touristique mais, plutôt, d'édicter un guide des bonnes pratiques que ces derniers pourraient s'engager, au plus vite, à mettre en oeuvre dans leur établissement pour en garantir l'ouverture.