Été 2021 en France : le "boom" est bien confirmé !

On le prédit depuis des mois et les études qui se sont succédées nous ont conforté dans cette certitude, les flux touristiques seront abondants cet été en France: le pays tient le choc dans la compétition européenne, avec une médaille d’argent (16 %) derrière l’Italie (17 %) et devant l’Espagne (15 %). En mode domestique, le classement des régions préférées donne la région PACA en leader mais les autres ne sont pas en reste, loin de là. Une manne généreuse est assurée par les Français, mais le budget des étrangers est à surveiller : identique pour les Américains, en recul pour les Belges.

Bonne nouvelle pour tous les pros du tourisme, l’engouement des Français pour les vacances se confirme de jour en jour, les indicateurs convergent vers une prévision flamboyante : 67% des Français (-2 % par rapport à 2020) ont l’intention de partir en vacances cet été, selon le Baromètre des vacances d’été Europe Assistance - IPSOS paru le 17 juin.

L'euphorie des voyageurs est totale sur l'Ancien Continent: selon la dernière étude de la Commission Européenne, la majorité des Européens interrogés (72%) ont l'intention de voyager entre juin et septembre, tandis que 16% envisagent de voyager en automne.

Dès le mois mars, il était permis de dire que l’industrie touristique allait repartir fort, les signaux sont maintenant au vert, les flux de voyageurs sont garantis car le Covid est quasiment sous contrôle. On devrait assister à un phénomène compensatoire, en raison du report en 2021 des vacances annulées en 2020. Nous avons largement évoqué les 25 % de voyages vengeance, voilà maintenant que 65 % des salariés prévoient d’utiliser plus de congés payés pour partir, un record historique, avec des séjours qui vont s’étaler sur toute l’année ... et un excellent mois de septembre en perspectives comme nous l'annonçons, là aussi, depuis plusieurs semaines.

Participez au webinaire elloha + Airbnb le 24 juin à 11h

Cette mise à profit des congés pour partir est détaillée sur le rapport Priceline “Work-Like Balance”, publié le 16 juin aux US. Aux US comme dans tous les grands pays pourvoyeurs de touristes, le report, en 2021, des congés non utilisés en 2020, est un formidable capital de nuitées, car 56 % des Américains prévoient de reporter tous leurs voyages cette année (52 % cet été, 48 % l’automne et l’hiver prochains). Ces intentions ont des allures d’après-guerre (!), avec des envies de festoyer, suite au manque et aux privations.

Pour les hébergeurs, les occasions de recevoir sont sur-augmentées par les 66 % des travailleurs qui veulent profiter pleinement du travail à distance en voyageant davantage cette année. Ces offres de "workation" qui pouvaient sembler "gadgets" ou relever de la simple vue de l'esprit doivent être prises (et proposées) avec sérieux car le marché est vraiment en train d'éclore !

L’explosion post-Covid devrait donc être la juste réponse aux creux de 2020, mais le sujet est complexe : en France, le budget vacances est évalué à 1627 euros cette année (Europe Assistance), mais avec une baisse de 26 % par rapport à 2019. Quant à l’hébergement non-marchand (logement dans la famille et chez les amis), il concerne 37 % de l’ensemble. En revanche, la durée des vacances, à 2,1 semaines en moyenne, ne change pas.

Top 3 des destinations françaises

La force du tourisme français est le réflexe de profiter de son propre pays, bien plus que les pays voisins. Cet été, ce tourisme domestique devrait représenter 54 %, contre 33 % en Allemagne, 41 % aux Royaume-Uni et seulement 34% aux US.

Sans-titre-2

A noter : si la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) s’assure la première place 22 %, la Bretagne reste dynamique parmi les destinations de la partie Nord du pays.

Lire aussi :
Guy Raffour: “Chaque territoire possède sa chance de succès touristique"

Le départ des Français pour l’étranger (28 % des vacanciers) devrait suivre ce palmarès :

  • Espagne (10%, -6% vs 2019)
  • Italie (6%, -4% vs 2019)
  • Portugal (4%, -3% vs 2019)
Nouveau call-to-action

Quelle proportion d’étrangers choisiront-ils la France… et avec quel budget ?

Cet été, on remarquera que les vacanciers voyageant à l'étranger choisissent principalement le pays voisin du leur. En Europe, la France, l'Italie et l'Espagne restent donc les pays les plus attractifs.

On remarque que le volume de voyageurs allemands vers la France n’apparaît pas,
Au niveau global, on ne relève aucune donnée significative concernant des déplacements de clients asiatiques vers l’Europe.

mapa1-mon

Une donnée importante à considérer est l’impact des flux entrants dans chaque pays, non seulement en matière de quantité de voyageurs, mais de pouvoir d’achat, l’intérêt étant que les visiteurs soient aussi consommateurs. Quel sera le budget de ces étrangers de passage en France ?

Pays de provenance % choisissant la France Budget 2021 Baisse Vs 2019
USA 4% 1878 € -2%
Belgique 38% 1982 € -12%
Italie 5% 1589 € -10%
Espagne 6% 1256 € -30%
Suisse 16% 2473 € -17%

Nous soulignons ici la stabilité du budget vacances américain, la dégringolade du budget ibérique et, en moindre mesure, de nos voisins helvètes, qui restent cependant les plus aisés.

Lire aussi :
Touristes européens : le plan de la France pour les attirer

Nouveau call-to-action

Quelle France recherchent les voyageurs ?

Nous avons vu comment le rural devient hype, voire même les lieux, villages, terroirs, échappant aux radars habituels. Le baromètre Europe Assistance confirme, si cela est nécessaire, l’engouement des Français pour des vacances au vert .

  • Le littoral : number one, à 62 % (sans changement par rapport à 2019).
  • La campagne explose : 32 %, soit +8 %.
  • La montagne recule à peine, à 22 % (1%).
  • Les vacances itinérantes, quant à elles, sont divisées de moitié : 14% (7%) ... comme un envie de "se poser" ailleurs et de profiter sans se bousculer !

2021 devrait donc être - à coup sûr - un excellent cru pour les pros du tourisme et des loisirs mais il faut garder l'oeil : les clients sont plus instables que l'an passé et l'on constate un fort balancier de réservations-annulations causé par les annonces gouvernementales ou, plus encore, la volonté de sauter sur toutes les bonnes occasions de dernière minute. Un conseil ? Restez sur la bonne ligne active, ne désarmez pas même si votre planning se remplit bien : cet été sera inédit en cela, vos réservations-annulations vont bouger fortement jusqu'à fin septembre au moins !