Emmanuel Macron donne le top départ de l'été 2021

En encourageant, lors de sa première étape du "Tour de France Présidentiel" à Saint Cirq Lapopie, les Français à consommer des vacances d’été en bleu-blanc-rouge, Emmanuel Macron se pose en promoteur de l’industrie touristique et des destinations rurales. Le chef de l’État engage les Français à être solidaires, voire patriotes envers le tourisme du pays et à s'y ancrer même au-delà des prochaines années de retour à la normale. Avec l'annonce de son plan de redressement touristique 2022-2027, le Président de la République veut irriguer tous les recoins du tourisme français ...

(Source : France Bleu)

Emmanuel Macron a annoncé un "plan de reconquête" et d'investissements dans le tourisme, le 2 juin dans le village très touristique de Saint-Cirq-Lapopie (département du Lot). Le chef de l’État a déclaré son amour à la France rurale depuis cette commune de 198 habitants, élue "Plus beau village de France" en 2017. On peut interpréter les intentions de cette visite (…) mais il en ressort deux aspects importants pour la profession :

  • Un =encouragement à tous les français à prendre ses vacances en France==,
  • L’annonce (sans détails toutefois) d’un =plan de soutien au tourisme==.

Ces déclarations s‘inscrivent dans le contexte du retour de la concurrence des destinations étrangères, car la France n’est plus "verrouillée" comme elle l’a été pendant plusieurs mois : on peut y entrer de nouveau, mais aussi en sortir facilement, de sorte que les Français peuvent avoir la tentation de re-voyager à l’étranger. Signe de cette reprise à l'international, Google s’est positionné pour indiquer les mesures en vigueur, pays par pays, avec Google Travel.

La France, la France, la France !

Si partir à l'international risque de titiller à nouveau de nombreux français, le gouvernement et les autorités locales ont conscience qu'il "y a un coup à jouer sur cette sortie de crise" : profiter de l'été 2021 pour fidéliser les français à leurs destinations "locales" et parier que chacun y regardera de plus près avant d'acheter un billet d'avion pour partir à l'autre bout du monde; à l'exception de nos belles régions ultramarines.

Parmi les raisons qui risquent de prendre le relais : le risque d'une reprise épidémique qui peut vous bloquer très loin de chez vous et, plus globalement, l'envie de réfreiner des envies de voyage lointain, désormais synonymes de contribution active au réchauffement climatique ...

Toutefois, pour les candidats français à l’international, la liste des pays "verts", "orange" et "rouges" est désormais validée par le gouvernement qui classe les destinations en fonction du risque Covid (sous réserve de changements) et donc, ré-autorise les voyageurs invétérés à rêver "d'ailleurs-que-la-France" :

b-ars-1

Attention, cet été encore - et cela jouera en faveur des destinations "locales" - tout n’est pas si simple, car les voyages dépendent toujours des formalités en place dans chaque pays; ce qui ne semble pas si évident que cela.

A l’inverse, la France prépare de nouvelles conditions d'accès pour les voyageurs étrangers et les Français en provenance de l’étranger : les entrées en provenance des pays "verts" devraient être souples, sans tests. Les mesures seront renforcées concernant les pays "orange", avec des tests pour les vaccinés, des tests et une septaine pour les non-vaccinés.!

Nouveau call-to-action

La parole du Président pour multiplier les résas

"En 2021, les vacances, c'est en France, c'est encore mieux", dans les "territoires absolument magnifiques" et les "villages sublimes" du pays. Voilà les mots significatifs de l’engagement d’Emmanuel Macron. Le premier des Français met tout son poids dans la balance pour convaincre ses compatriotes de jouer la carte patriotique, alors que les possibilités à l’étrangers sont désormais plus nombreuses et plus sécurisées qu’en 2020.

Cette stratégie du séjour hexagonal (qui fonctionne déjà toute seule, sans parole officielle, car la pandémie reste dissuasive malgré la couleur verte) était identifiée en fin d’année dernière. Nous parlions alors de "nationalisation du tourisme". Il n’empêche que ce geste personnel, tout protocolaire qu’il soit, est inédit pour un Président … qui a même ajouté qu’il est possible "d'engager les réservations dès maintenant !". La profession a apprécié cette stimulation. Il aura fallu une pandémie et une crise économique liée, puis une amélioration, pour que la parole présidentielle vienne au renfort d'un tourisme qui jouait, jusque là, dans les secondes divisions des préoccupations gouvernementales. L’essentiel est que ce soit fait.

Voyager en France a été une découverte pour certains Français en 2020, ce phénomène se confirme cette année. Les hébergeurs et acteurs de destinations ont déjà saisi l’occasion de conquérir de nouveaux publics, ils auront, cet été, le motif de créer des souvenirs impérissables aux voyageurs tombés en amour pour leur pays, avec le ferme espoir qu’ils reviennent en 2022 ou 2023, lorsque l’ambiance Covid aura disparu et que le monde se sera encore plus ouvert. La séduction de ce public "par défaut", c’est donc maintenant, car l’année prochaine, il sera déjà trop tard.

Paraléllement à cela, la France investit 10 Millions d'euros en campagne publicitaire vers les publics européens pour relancer la demande intra-communuautaire. Sur le thème "La France, c'est vraiment ce qui compte" (voir le détail de la campagne), le gouvernement espère repositionner le pays comme la première destination de l'UE dès cet été.


Source : Atout France | Campagne d'été 2021 vers les pays européens

Si l’écrasante majorité des vacanciers choisissent (de toute façon) le territoire national pour les raisons que nous n'avons cessé d'analyser depuis le début de la pandémie, l’incitation présidentielle aux vacances françaises est à peu près assurée d'obtenir un un succès garanti puisque 86 % des vacanciers ont, ou vont, réserver en France (ils étaient contre 90 % en 2020).

  • 50 % choisissent la mer (40 % en 2020).
  • 30 % préfèrent la montagne et la moyenne montagne (31 % en 2020).
  • 16,8 % optent pour la campagne (28 % en 2020).

Enquête VVF réalisée du 12 mai au 21 mai.

Un "plan de reconquête" du tourisme 2022-2027

Emmanuel Macron a profité de son séjour dans le Lot pour livrer une intervention cousue-main pour les professionnels du tourisme. Il a teasé sur un plan d'investissement dans le tourisme, en complément des aides déjà apportées (30 milliards d'aides depuis le début de la crise). L’industrie touristique "bénéficiera donc d'un nouveau plan de reconquête et de réinvention du modèle", a indiqué le chef de l’État.

Ce plan de 5 ans, qui reste encore à budgétiser, reposera sur "une amélioration de la formation, une amélioration des qualifications, et un accompagnement tout au long de la vie". Le Président a également lancé : "Nous allons investir pour améliorer, permettre des passerelles entre les différents métiers, du secteur du tourisme, hôtels cafés, restaurants, de tous les modes d'accueil". Le Président souhaite "valoriser pleinement notre patrimoine, et donc d'avoir une stratégie "tourisme vert, tourisme patrimonial" et investir là aussi" pour "mettre en valeur (...) notre patrimoine naturel, notre patrimoine architectural", "en synergie avec notre offre touristique". L’État va engager “plusieurs investissements (...) à horizon de 5 ans".

Le Président souhaite booster les réservations directes

L’ambition générale signifiée par Emmanuel macron est de "monter en qualité nos infrastructures", pour "accroître notre capacité d'accueil", en aidant les professionnels "à investir" et en continuant à investir "sur nos infrastructures de tourisme, qu'il s'agisse des pistes cyclables, des conditions de transport, de l'accueil etc", pour "développer notre offre hôtelière, notre offre en terme de campings".

Tout le spectre touristique a été balayé, avec aussi la promesse d’investissements dans le digital : "On réserve par le numérique et ce sont parfois des plateformes étrangères qui captent une partie de la valeur. (...) Ce que nous voulons, c'est aider à investir dans tout le secteur, pour que les entreprises du secteur touristique puissent elles-mêmes se numériser" mais aussi "bâtir nos plateformes françaises" afin de "garder la valeur dans notre pays".

En résumé, constatons 4 "vertus" de la crise pandémique :

  • La prise de conscience des atouts de la France, par les Français,
  • L’engagement de la parole d’État envers le secteur touristique,
  • La volonté publique de coordonner la montée en gamme de notre tourisme,
  • Le désir de créer un écosystème de réservations / distribution bleu-blanc-rouge, qui méritera notre attention dans les mois à venir