164 % de clients solo en plus ! Les clés de Booking pour les attirer

Des mois et des mois de confinement ont certainement décidé les plus téméraires, ceux qui ne sortaient que très rarement de leur "tannière", à partir coûte que coûte ... même s'il s'agit de partir seul ! C'est la conclusion d'une des toutes dernières études menées par Booking: les "voyageurs solo" seront bien plus nombreux cet été. Et la plateforme leader de leur adresser 8 conseils pour s'offrir les séjours le mieux adaptés à leur profil... Avec une progression de plus de 164%, ce marché vous tend les bras en 2021 !

Comment attirer et satisfaire ces clients autonomes, mobiles et curieux ? Même si vous devez d'abord compter sur une clientèle "domestique" pour ces vacances qualifiées par le gouvernement de "pas complètement normales", il vous faudra certainement compter sur cette "néo-clientèle solo" dont Booking annonce une très forte poussée dans les prochaines semaines. Alors que nous sommes à quelques semaines (on croise les dogts pour que tout soit confirmé !) d'un déconfinement quasi-total, l'étude Booking publiée le 28 avril met l'accent sur ces voyageurs solo qui risquent de marquer l'été 2021 ... Et pour cause ! Avant la pandémie, les solos représentaient 14 % des voyageurs. Désormais, selon les 22.000 personnes interrogées sur l'Europe entière, ce taux se porte à 23 % !

Et l'étude parle de "connaisseurs" puisque ces 23% de voyageurs "solo" ont voyagé au cours de ces 12 derniers mois et envisagent avec certitude de voyager dans les 12 prochains. On est donc bien en face de voyageurs "confirmés".

Nouveau call-to-action

En 2019, nous avions déjà "portraitisé" ces "Drives Solo Travel" en citant une étude Expedia qui pointait déjà cette nouvelle tendance. Le constat n’a pas changé : en réalité, ces voyageurs à l’unité ne sont pas des "loups solitaires". Ils sont toujours connectés à leurs amis grâce à leurs téléphones, de sorte qu’ils n’est pas question de solitude, mais du fait d’être physiquement seul. En ce sens, leur profil se rapproche beaucoup de celui des Millenials dont nous avions dressé un premier portrait complet en novembre 2020,

8 attentes majeures chez les "solos"

Le "voyageur solo" diffère de son confrère "voyageur en couple" ou encore de celui qui voyage en famille ... et il n'est pas à un paradoxe près. Par exemple, il est très demandeur de ruralité mais, dans le même temps (sic !), il veut aussi qu'on lui propose des destinations où il pourra faire quelques escapades en ville ... Il veut faire des choses inoubliables (donc, exceptionnelles), mais il veut aussi prévoir des créneaux de shopping durant son séjour. Bref, si vous voulez attirer cette clientèle chez vous, il va falloir au moins mettre quelques uns de ces arguments en avant :

  1. Forte demande de ruralité
  2. Manger comme les gens du pays
  3. Proposer des solutions en ville
  4. Proposer des destinations shopping
  5. Prendre du (bon) temps
  6. Faire des choses que l’on n’oubliera jamais
  7. Voyager sans soucis
  8. Choisir le bon logement
Nouveau call-to-action

Chercher le rural… pour voir du monde !

Une escapade en solo est bien évidemment plus souple qu’un voyage en famille ou même à deux, car on est seul à décider où aller et quoi faire, on n'a pas de compromis à engager, pas de concessions. Actuellement, Booking observe que 54 % ces voyageurs visent des expériences plus rurales, en dehors des sentiers battus. La plateforme de réservation observe que ces destinations offrent la possibilité de rencontrer d'autres voyageurs semblables, qui se lient volontiers d’amitié avec les autres. Pour les prochaines semaines et les prochains mois, les voyages hors piste seront donc réservés dans des lieux moins connus, notamment les destinations incognito. L’expérience rurale, aussi éphémère soit-elle, mérite une adaptation diététique : "Manger comme les locaux", souligne Booking, car "pour vraiment avoir un avant-goût d'une destination, il s'agit de la vivre comme un local". Pour 71 % des sondés, la cuisine locale est un facteur de décision primordial lors du choix d'une destination. L’OTA conseille, dès lors, de vérifier que la destination (ou l'établissement) mette en valeur les spécialités locales. En matière pratique, s'il faut choisir un menu, il est toujours plus pratique d'être d'accord seul, qu'à deux, trois ou quatre ...

Des logements urbains et du shopping

Même si l'envie de ruralité domine, les hébergeurs citadins ont aussi leur carte à jouer cet été : selon les réponses données aux sondeurs de Booking, "une courte escapade en ville peut être tout aussi enrichissante et revigorante !", et les voyageurs "solo" en redemandent. Une métropole qui revit après les confinements et les restrictions est une respiration, car les voyageurs solo peuvent y suivre, plus aisément que les tribus familiales, les visites guidées à pied, qui sont dans la tendance (en mode "culture et sport léger"). La ville, c’est aussi une offre commerciale : 41 % des voyageurs interrogés souhaitent choisir une destination en fonction des magasins ! Les solos accros au shopping constituent une niche à travailler, oui mais... lorsqu’on n’est pas à New York, Paris ou Milan, c’est plus compliqué. Pas si sûr ! C’est justement vers les productions originales et en petite quantité que s’inscrit une certaine mode : vêtements, produits de soins, objets de tradition locale, alimentation issue des terroirs etc. Booking va même jusqu'à conseiller de créer des offres de séjour en vue des prochains soldes d‘été ... Un séjour anti-Amazon en quelque sorte ?

Les solos veulent du temps et des moments privilégiés

Sans enfants, sans conjoint, sans copains qui les suivent, les clients individuels ont un penchant naturel à prendre du temps pour se détendre car ils n’ont pas à gérer le tempo global d’une famille ou d’un couple. Ces clients à forte marge de liberté ont l’initiative facile, ils sont plus flexibles et réactifs lorsqu’il faut changer d’idée. Booking glisse une idée surprenante : bien que seuls, les solos aiment voir du monde (nous l’avons vu) et recherchent parfois "l'endroit idéal pour regarder les (autres) gens" ! Un bord de mer, une place centrale, un boulevard à forte fréquentation feront l’affaire pour ces voyageurs, seuls mais pas nécessairement solitaires ni farouches. Ils aiment aussi les sensations et les moments uniques : "Faire quelque chose que l'on n'oubliera jamais", suggèrent les sondés à Booking. Le défi est posé, l’aventure est au programme. Si votre logement n’est pas entouré d’expériences grandioses, comme le chant des baleines ou les aurores boréales (un peu éculées à cause de la pub que l'on a fait d'elles), dénichez les sensations qui feront plaisir : pêche nocturne (sous réserve d’autorisation), plongée, escalade… mais aussi scènes de vie agricole ( vêlage, agnelage, rencontre avec des gens authentiques, vendanges, observations d’oiseaux etc.) Les voyageurs en solo se rappelleront ces moments sans parcourir 8000 km, à la seule condition que ce soit des moments vrais.

Photo by Christoffer Engström / Unsplash

Bouger facilement et être bien logé

Booking affirme que voyager, c’est aussi partager les moyens de déplacement, pour partager un mode de vie. Bien sûr, le vélo en Hollande et en Chine, ou le train en Inde sont plus exotiques et surprenants que la voiture dans les zones rurales française, ou le tramway et le métro dans les grandes villes (quoique... une sortie en véhicule utilitaire agricole, bien banale pour un habitant de la ruralité, peut largement dépayser et émerveiller un urbain au mode de vie aseptisé).
Sinon, comment faire, en France ? Pour les solos venus sans véhicule, l’expérience n’en sera que plus agréable si elle ne coûte pas cher. Pensez à eux en vous procurant les horaires du réseau de bus de votre département ou de votre région : les petits dépliants réservés aux lignes accessibles près de chez vous doivent vite rejoindre le présentoir qui réunit les prospectus variés que vous réservez à vos clients.
Ce n'est qu'à la fin que Booking aborde le BA-ba : "Choisir le bon logement", car "le confort est essentiel même lorsqu'on voyage en solo". Parmi les critères cités en priorité: le Wi-Fi gratuit (important pour 60% des voyageurs), les séjours avec des hôtes "qui contribueront à le rendre plus inoubliable"; notamment dans les établissements qui ont remporté les Traveler Review Awards de Booking.com. L’OTA invite les "solos" à s’appuyer sur ses 207 millions d'avis vérifiés pour trouver et choisir le séjour qui leur convient, tout en laissant faire les algorithmes : "Les voyageurs solitaires peuvent maximiser plusieurs filtres de recherche pour trouver un hébergement adapté à leurs préférences" rappelle l'OTA qui souligne leur usage approfondi de ces filtres de sélection par les "solos".

"Solo" mais pas forcément ... "célibataires"

Ce public qui réserve pour une seule personne mérite une approche particulière. Les confinements ont renforcé le besoin de prendre du temps pour soi, sans ses enfants ou ses propres parents. "Famille, je vous aime, mais je pars faire un tour" ... est aussi une tendance à la hausse; chacun voulant partir de son côté, en solo, comme pour rompre après des mois d'entre-soi confiné. Dès le mois de mai 2020, après le premier confinement, une étude OnePoll révélait même que 42,8 % des Français interrogés rêvaient de voyager en solitaire (de quoi fâcher les conjoints !). De là à passer à l’acte … En 2021, une nouvelle proportion de personnes a besoin de souffler, et devrait rejoindre la catégorie "solo". Ces voyageurs, qui ne sont pas tous célibataires, sont un public à capter par les hébergeurs, en fonction de leurs envies d'interaction, leur exigence et leur flexibilité.

Nouveau call-to-action