Les séniors vaccinés sont rassurés, alors attirez-les !

Partir en vacances ? Les seniors sont plus “open” que les autres catégories de la population française, car le vaccin est passé par là. C’est le moment de viser leurs générations, car la campagne d’injections joue d’abord en leur faveur. Voici comment attirer cette tranche d’âge dès la fin du 3e confinement, en évitant les stéréotypes et en visant juste. Ils seront les premiers protégés, ils peuvent donc être les premiers à partir sans crainte. Les hébergeurs ont tout à gagner à devenir senior friendly.

Sur la pyramide des âges, il y a un groupe libéré du Covid-19 : les seniors, qui sont pourtant les plus vulnérables, au départ. La campagne de vaccination est lente, mais les plus âgés sont nombreux à avoir reçu l’injection salvatrice, efficace mais pas obligatoire. Ils ont tous les atouts pour sauver la saison printanière, voire estivale, car ils sont disponibles. Être immunisé contre une maladie qui peut être mortelle est une garantie qui libère les envies d’ailleurs chez les ex-plus fragiles. Fragiles ? Oui, mais aussi optimistes, comme nous l’avons évoqué dans cet article, à l’automne 2020.
Quelles sont les effets du Covid ? Les conditions de vie ont empiré pour 66 % des seniors et elles n'ont pas changé pour 20 % d'entre eux, selon un sondage HappyVisio/Pleine Vie publié en mars. Autant dire que les matures ont besoin de respirer.

Après les plus de 75 ans et les plus de 70 ans, qui peuvent être vaccinés actuellement, quelles sont les autres tranches d’âge visées, et quand ? (source : service du Premier ministre, 2 avril 2021) :

  • À partir du 15 avril : les 60-69 ans.
  • À partir du 15 mai : les 50-59 ans.
  • A partir du 15 juin : tous les autres majeurs.

Ces perspectives vont rendre disponible un public potentiel important, particulièrement dans le tourisme, avec l’avantage d’un pouvoir d’achat supérieur aux générations inférieures. Bien sûr, la génération des millenials n’est pas à négliger, mais en matière de stratégie actuelle, les baby-boomers et leurs cadets sont la frange sur laquelle il faut concentrer des efforts. Pourquoi ? Les plus de 65 ans ont le temps, l'argent et l'envie de vivre des expériences. Leur nouvelle arme secrète est le vaccin, qui leur permet de se re-socialiser, mieux que les autres. Privés de relations pendant un an, ils aspirent eux aussi à sortir de chez eux, à discuter, à découvrir et à se mêler aux autres. Il ne faut pas oublier que les personnes nées dans les années 1950 et 1960 ont grandi dans une société créative, ouverte et dynamique. Ils se sont rebellés, ont parfois changé les choses et ont satisfait un grand appétit de découverte. Ils ont eu la possibilité de croquer la vie, pendant que leurs propres parents découvraient un certain confort. Il ont été "bien habitués" et deviennent aujourd’hui une nouvelle opportunité.

Lire aussi :
70 % des vaccinés se sentent en sécurité à l'hôtel.
Les séniors, toujours dans la cible

Nouveau call-to-action

josh-sorenson-u8-QI4tRES0-unsplash
Josh Sorenson / Unsplash

Un environnement senior, c’est un son modéré

Ce qui doit être amplifié, c'est ce pas le son, c’est la conversation et la connexion avec autrui ! Les hébergeurs qui souhaitent accentuer leurs prestations et leur ambiance en direction des seniors ont à leur disposition une palette de choix souvent simples. Parmi les obstacles existants, qui séduisent les publics mûrs et âgés, figure le son. La tendance vers des environnements à faibles décibels est réelle, car elle est une condition du repos. La plupart des personnes en perte auditive (rien de plus naturel à partir d’un certain âge) sont mal à l’aise envers les lieux trop exposés au bruit, fût-il festif et convivial. Cela fait un peu “cliché”, mais l’ambiance de fiesta qui invite les voisins âgés à appeler le 17 illustre cet agacement. Loin de tout litige (!), un hébergement doté d’une ambiance feutrée, sans entrées ni sorties intempestives et ressemblant à un chez soi, sera particulièrement apprécié par les seniors. Sans les considérer comme des vieillards qui ne supportent rien, il est judicieux de construire pour eux un milieu de séjour propice au bien-être, sans improvisations. Pour assurer le confort d'une foule mature, il est utile de trouver les moyens d'absorber le son. Les tapis et coussins jouent ce rôle, sans frais excessifs. Les voyageurs qui ont envie de parler, après des mois d’enfermement confiné, ne doivent pas être incommodés.

Le bon éclairage, le bon timing et le bon menu

La gestion de la lumière est un important facteur de stabilité pour les publics matures. Cet élément d’atmosphère crucial mérite une amélioration s’il n’est pas adapté. En effet, les yeux vieillissants sont particulièrement incommodés par la lumière trop basse. Un simple réglage aide à conserver une ambiance appropriée, afin d’éviter que l’expérience client ne devienne un effort.
En matière de timing, n’oubliez pas que les personnes âgées apprécient de rentrer tôt chez elles, qu’elles n‘aiment pas conduire après la tombée de la nuit etc. Ce n’est pas un stéréotype. Si vous disposez d’une table d’hôtes, la gestion des horaires est un facteur d’équilibre important. Et si vous invitez cette génération à déjeuner ou à dîner avec vous, ce sera un plus, à mesurer selon les situations. Soyez flexible en matière de sensibilités alimentaires, plus fortes dans le groupe démographique senior. Mentionnez les allergènes sur vos menus, posez des questions, cela sera apprécié. Par facilité, prévoyez de personnaliser les plats en conservant les allergènes potentiels comme garniture, ce qui permet de les ôter facilement. Les substitutions de produits se multiplient, les devancer et les respecter permet aux clients de se sentir les bienvenus, et même de revenir.

Nouveau call-to-action

Évitez l’accueil standard, les seniors ne sont pas clonés

Nos solutions ne sont pas tout : il ne s’agit pas d’adapter un hébergement à un certain public (comme d'autres organisent des soirées ou des week-end à thèmes) puis de tout chambouler pour attirer un autre public (par exemple les millenials, qui recherchent une ambiance qui bouge). Le but n’est pas de préparer des prestations extrêmement visibles, ni de mettre les seniors... dans des cases “seniors”. Autrement dit, ne les traitez pas comme des enfants auxquels on propose d’emblée une chaise haute dans les self-service ! Soyez accommodant, car vous vous souciez de la qualité de leur séjour, en créant une expérience confortable, mais en toute subtilité et transparence. Si le concept "senior friendly" était à créer, la meilleure solution pour qu'il fonctionne est de ne pas le signaler, mais de le suggérer.
Les matures pourront sauver une partie de l'industrie hôtelière s’ils se sentent concernés, attendus et respectés. Cette opportunité n'est pas tout à fait nouvelle. Ce qui est nouveau, c'est que ce profil elle une cible saisonnière majeure, en raison de la vaccination. Ceux qui ont grandi dans les sixties et les seventies veulent sortir. Ils ont la pêche, ils sont nombreux et ont de l'argent à dépenser. Si votre offre leur correspond, ils le dépenseront chez vous.