Les baby-boomers veulent voyager : comment les séduire ?

Les baby-boomers sont les mieux préparés à repartir en voyage (d’après la dernière étude “Amadeus”) en évitant les croisières et les complexes hôteliers, pour privilégier les espaces proches et plus familiers. Une aubaine pour tous les autres types d'hébergements !

La période actuelle est à saisir si vous disposez d’un hébergement de taille modeste, “secure” en matière sanitaire et situé dans une région connue par vos hôtes séniors. Autrement dit : réservez de l’énergie pour peaufiner une stratégie envers les retraités actifs, selon les indications que nous vous donnons en bas de page. Avant tout, place aux chiffres et aux tendances.
Oui, aussi surprenant que cela puisse paraître en plein contexte d'incertitude épidémique, il existe vraiment un appétit à vouloir voyager de nouveau, dès cet automne, mais les clients s'interrogent sur la meilleure manière de le faire. La façon de prendre des vacances s’est complexifiée avec la Covid-19, mais le prix reste un gros facteur. Le plus important, même ...

Retraités et optimistes

D’emblée et en résumé : moins on est jeune, moins on s’inquiète du budget de séjour, plus on exige de la sécurité sanitaire. Cette affirmation découle de l’étude “Destination X: Where to Next, What Leisure Travelers, Want in a COVID-19 World” du géant de la technologie du voyage “Amadeus”, parue ce 9 septembre. Ce rapport révèle de gros contrastes générationnels en matière de finances, tout en brisant quelques clichés. Il confirme que les baby-boomers (+ de 60 ans) “are the most financially optimistic” : chacun ses priorités. Chez les plus anciens, qui boudent désormais les croisières (moins de 10 % de leurs intentions de voyages), on a le sourire, comme les autres, mais avec des critères différents. Même si l'épidémie menace les plus âgés, cette génération née immédiatement après-guerre ne semble pas se résigner à l'auto-confinement; bien au contraire.

shutterstock_1069081127
Simona pilolla / Shutterstock

Prêts à partir !

Selon l'étude Amadeus, la plupart des touristes veulent voyager immédiatement (37 %) ou dans un délai d’1 à 3 mois (32%). Le désir est tout aussi ardent chez les baby-boomers, prêts à voyager avant ou dès la fin des restrictions à 30 %, dans un délai de 1 à 3 mois à 33 % et à 24 % dans les 3 à 6 mois. Prudents mais disponibles, les grands-parents joyeux sont donc à 63 % prêts à partir dans les 3 mois. Ainsi, d’ici Noël, vous devez (notamment) tabler sur ces 63 % des seniors susceptibles de venir chez vous. Ne nous leurrons pas, les plus jeunes restent devant dans les intentions : Amadeus précise que la génération X (18-24 ans) à 39 % et la génération Y (25-39 ans), à 37 % ont déjà fait leurs valises, mais elles ont moins de liberté calendaire et moins d’argent. Au final, détrompez-vous, les générations d’âge mûr ne sont pas si décalées.

La génération des BabyBoomers est celle qui a le plus de certitude de dépenser un budget voyages aussi important qu'auparavant (Source: Amadeus)

Un pouvoir d’achat intact

C’est une confirmation de la tendance de fond observée sur la consommation générale depuis le début des années 2000 : le pouvoir d’achat appartient aux cheveux d’argent, surtout en France, pays des “Trente glorieuses” (qui ne sont pas une fiction). Les personnes de plus de 60 ans ont davantage de facilités que les plus jeunes. Dans leur “perception du budget de voyage”, elles sont 68 % en stabilité absolue, leurs dépenses seront identiques à celles de leur dernières vacances. A l’inverse, les plus jeunes estiment à 39 % qu’ils auront moins de budget. Pour les baby boomers, le budget ne compte qu’à 14 % dans la décision d'achat, contre 31 % chez les générations XYZ, mais ils sont 17% à considérer le critère de sécurité Covid, contre 8 % pour les plus jeunes.

Nouveau call-to-action

La moitié sont fans des séjours longs

Toujours selon l'étude Amadus, chez les Baby boomers, on est prêt à 48 % à voyager en séjour long (plus de 14 jours), contre 30 % chez les autres publics.

On souhaite se déplacer pour aller voir de la famille à hauteur de 47 %, mais on souhaite découvrir quelque chose d’inconnu à seulement 33 %, contre 48 % pour la génération Z. Pareillement, les seniors veulent décompresser face au déconfinement à seulement 22 % et ils donnent la priorité à d'anciennes destinations préférées. La France, en tête !

Un conseil: c'est le moment de proposer vos offres "long stay" sur votre moteur de réservation ...

Maximisez ces données

Les analyses touristiques sont nombreuses, fournies et parfois contradictoires. Celle-ci vous indique une certitude : les baby boomers vous invitent à customiser votre offre, car ils seront certainement l’un des publics salvateurs de votre fin d’année, voire de 2021 (le calendrier de fin du Coronavirus n’existe pas encore mais, dans cette "deuxième phase", les restrictions semblent s'annoncer moins fortes).

En tout état de cause, il existe quelques pré-requis pour toucher les baby boomers et les attirer dans votre établissement:

  • Privilégiez les notions affectives : confiance, stabilité, “tranquillité active” (opposée au calme clinique), activité et le respect du temps.

  • Garnissez vos supports de communication de propositions en duo, adaptées à la cible (marchés, promenades, randonnées accessibles, traditions, espaces de convivialité avec distanciation garantie).

  • Montrez que vos clients ne subiront aucun parasitage (fréquentation abondante, animations inopportunes), qu’ils seront écoutés, que ce sera “leur“ saison.

L’étude d’Amadeus révèle que le "conseil" et la "recommandation" reviennent au devant de la scène : voici le retour de l’humain, de la confiance et du savoir-faire, qui doit parfaitement se concilier avec le “tout digital”. Ce dernier constat est un apport précieux à votre approche. Les Baby boomers sont 68 % à souhaiter une attention personnalisée. Avec eux, ne standardisez pas !