70 % des vaccinés se sentent en sécurité pour voyager

La confiance des clients revient en force après de longs mois d’incertitude : le développement de la vaccination aux USA est un formidable générateur de confiance. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 46% de la population générale affirme se sentir en sécurité à l’hôtel, 54 % en avion. Mais chez les vaccinés, le sentiment de tranquillité dans les hébergements s’élève à 70 %. Le bout du tunnel s’éclaire de plus en plus. Il y a donc lieu d'être optimiste ...

Ça y est, on y arrive ! Enfin, la perception des consommateurs sur la sécurité des voyages atteint les plus hauts niveaux depuis avril 2020. Le déploiement des vaccins fait son oeuvre: les géants du Tourisme réunis dans le think tank Club Tourisme et Technologie (CTT) jugeaient que la mise au point d’un vaccin conditionne la reprise à 75%. Un sentiment qui devrait être conforté par la mise en place probable d'un passeport vaccinal (probable, compte tenu de la succession des débats sur ce sujet). La Commission européenne souhaite, en effet, que ce document d'identité sanitaire, facilitant les mobilités, soit fonctionnel dès cet été. Ses critères auront été déterminés en mai : il sera réservé aux personnes vaccinées, à celles qui ont réalisé un test PCR et celles qui ont développé des anticorps contre le Covid après l'avoir contracté.
Pour l'heure, la population est divisée en deux catégories : les vaccinés sont redevenus des clients potentiels sans trop de barrières, mais les autres restent dans le doute...

Nouveau call-to-action

Le moral des vaccinés est au top

Il existe clairement un “effet vaccin” sur les consciences. La campagne d’injections contre le Covid-19, qui a commencé à la mi-décembre aux États-Unis, est un sacré booster de moral. Le pourcentage d'adultes américains se sentant en sécurité dans un hôtel (46 %) et en avion (34 %) atteint les niveaux les plus élevés depuis avril 2020. Mais chez les personnes déjà traitées (les “majeurs et vaccinés” !), on se sent en sécurité dans un hôtel à hauteur de 70 %, contre 54 % en avion. Ces proportions extrêmement encourageantes sont contenues dans la version la plus récente (du 22 au 27 janvier) du Global State of the Consumer Tracker du cabinet Deloitte, qui a interrogé plus de 1000 consommateurs américains.
Les projets de voyages ne vont certainement pas atteindre immédiatement les niveaux d'avant la pandémie, mais la démonstration est faite d’une forte corrélation entre sécurité individuelle et vulnérabilité (et reprise) économique de l’industrie touristique. Puisque 30 millions de doses ont été administrées aux USA, les intentions de voyage augmentent pour mars… et le budget des vacances progresse en intention chez 53% des vaccinés, contre 30% pour l'ensemble de la population, mais la distribution des dépenses sera différente : 36 % des consommateurs iront moins à l’hôtel qu’avant le Covid, 35% affirment qu'ils mangeront moins au restaurant.
La crainte de la promiscuité (le fameux “brassage”) persiste… et persistera peut-être longtemps. De mars à mai, les vaccinés seraient deux fois plus susceptibles de prendre un vol intérieur et 1,7 fois plus susceptibles de séjourner à l'hôtel que les non-vaccinés. Ces clients immunisés sont à même de louer une voiture (63%) et de réserver un logement privé (61%). Ces chiffres, même s'ils ne reflètent que la réalité américaine, devraient rapidement se transposer à la population européenne ...

En Europe et France, c’est quand le bonheur ? Pour la fin de l’été !

Côté-Europe, l’impatience de voyager semble devoir garantir un retour à la normale : “les intentions de voyage augmentent, c’est une bonne nouvelle pour les restaurants, les hôteliers, les compagnies aériennes (...) qui se préparent à ce changement avec des mesures de sécurité accrues pour instaurer la confiance à long terme”, estime Ramya Murali, directrice de Deloitte.

Les voyageurs européens sont impatients de voyager avec 54% des répondants prévoyant de voyager dans les six prochains mois, soit au pays, soit dans un autre pays européen, selon le dernier rapport «Monitoring Sentiment for Domestic and Intra-European Travel - Wave 5» publié par le Commission européenne du voyage (ETC).

Selon les données collectées en janvier, suite à l'introduction de règles de voyage plus strictes à travers l'Europe, la possibilité d'être mis en quarantaine et l'augmentation des cas de COVID-19 dans les destinations sont désormais aussi préoccupantes (15%) pour les Européens souhaitant voyager. Pendant ce temps, la majorité des répondants (69%) ont déclaré qu'ils se sentiraient plus en sécurité et plus détendus si les destinations avaient des protocoles stricts de santé et de sécurité en place, tandis que seulement 21% des répondants affirment que les protocoles peuvent dans une certaine mesure gâcher l'expérience de voyage.

Les vaccins anti-COVID-19 restent le principal moteur de la reprise des voyages: 11% des Européens ont indiqué que la campagne efficace de vaccins COVID-19 jouerait un rôle important dans leur décision de reprendre la route, suivie de l'efficacité des destinations dans la gestion de la crise sanitaire (11%) et des tests COVID-19 avant le départ (10%).

L'intérêt des Européens pour les vacances au soleil et à la plage se développe à mesure que les mois les plus chauds approchent lentement. Selon les résultats de l'enquête, plus d'un tiers des Européens (34%) sont optimistes quant à leur prochain voyage entre mai et juillet 2021. Les voyageurs du Royaume-Uni, de France, d'Allemagne, de Suisse et d'Autriche sont très enthousiastes à l'idée de planifier une escapade côtière. Les Européens sont même les plus désireux de traverser les frontières avec 41% des répondants souhaitant se rendre dans un autre pays européen, le chiffre le plus élevé depuis le début de l'enquête. En comparaison, 35% préfèrent toujours voyager au pays...