Pourquoi les campings s’en sortiront plus tôt ?

Les atouts de l'hôtellerie de plein air permettront à ce secteur de figurer parmi les premiers à retrouver du souffle, une fois la crise terminée. Déjà, en 2020, leur attractivité s’est amoindrie, mais sans catastrophe. Pour Xerfi, les campings français devraient retrouver sous deux ans le niveau d’avant-crise.

Tous les hébergements touristiques ne sont pas égaux face à la reprise. L’institut d’analyses économiques Xerfi vient de publier l’étude de 369 pages "L’hôtellerie de plein air - Scénario prévisionnel à l’horizon 2023". Ce texte indique un retour à la normale rapide pour les campings français, dans le contexte de sortie de crise. Ils seront l’un des premiers secteurs à retrouver des couleurs, après une fréquentation en baisse de 19% et un chiffre d’affaires en recul de 18% en 2020. L’été passé, écourté par les restrictions sanitaires, a montré la capacité de résistance de l'hôtellerie de plein air. Les campings devraient retrouver une bonne dynamique dès ces prochains mois, car les vacanciers recherchent des espaces naturels.

Les prix abordables feront le succès des campings

Le bon rapport qualité / prix des campings reste une garantie pour les exploitants, certains de recevoir dès cette année des familles françaises dont les revenus et le pouvoir d’achat sont impactés par la crise. Le défi pour les campings sera de fidéliser cette clientèle en partie nouvelle, tandis que le creux du tourisme étranger devra être comblé. "Les gestionnaires de campings ne manquent pas d’atouts pour tirer leur épingle du jeu d’ici 2023 dans un secteur du tourisme parmi les plus durement affectés par l’épidémie de Covid-19”, observe Xerfi. La prévision d’amélioration pourrait comporter un chiffre d’affaires de l’hôtellerie en croissance de 3,5% en 2021, idem en 2022, puis le retour à la normale l’année suivante. La reprise serait donc relativement rapide. Mais les plus faibles pourraient disparaître, être vité cédés : le cabinet croit savoir que les difficultés actuelles vont accentuer le déclin des établissements en grande souffrance (cela rappelle la prévision de faillites d'hôtels émise par KPMG France. Les propriétaires proches de la retraite anticiperaient alors la vente de leur camping. Ce type de logement, qui comporte 5 000 établissements indépendants en France, pourrait connaître des rachats et regroupements stratégiques : nous allons assister à une augmentation de la financiarisation de l’hôtellerie de plein air, sur la tendance amorcée vers 2020. “La percée des réseaux se poursuit” et “la concentration va monter d'un cran”, indique Xerfi.

Rester ferme face aux OTAs

Les grands distributeurs sont les amis des campings, jusqu’à un certain point. Pour les propriétaires, conserver de la marge devra signifier ne pas perdre la main sur la distribution, en se montrant offensifs face à Camping.com, Booking.com et même Leboncoin. La commercialisation de l’offre, dans laquelle les OTAs sont mis en concurrence avec les tour-opérateurs, exigera aussi une promotion propre, en circuits courts vers les clients, pour défendre des chiffres d'affaires acceptables. La digitalisation poussée du parcours client, citée par l’étude, vise les systèmes de réservations et de gestion des espaces commercialisés, pour que les mesures Covid soient respectées. Adoptez ces conseils, annoncez clairement la couleur aux vacanciers, ils vous en sauront gré.

visa-mastercareeed-1024x575

Quels réflexes appliquer tout de suite ?

L’annulation des séjours, sans frais additionnels, est un facteur de doute et d'inquiétude pour les propriétaires, c’est aussi un facteur de sérénité pour les clients, au cas où la situation sanitaire ne serait pas propice à un séjour. Cet alignement sur les conditions générales de vente de plus en plus courantes est une prestation à indiquer au plus vite sur vos supports de communication (réseaux, site, comparateurs, OTAs). “Annulation gratuite” ou “Annulation sans frais”, “Zéro frais d’annulation” sont les formules claires et radicales, à reprendre sans détours. Vos concurrents les plus proches n’indiquent pas encore cette formule de gratuité ? Devancez-les. Ils ont tort, et vous aurez raison de les devancer, ils finiront par y accéder aussi.
Pour muscler vos réservations de 2021, affichez aussi sur vos supports votre “maniaquerie” face au protocole sanitaire (évitez ce mot, même avec humour au deuxième degré... mais n'hésitez pas à employer des concepts sans concessions). A propos d'hygiène, vaut mieux trop que pas assez, surtout dans ce contexte des variants du Covid, qui tendent à se multiplier. Un regard sur 2020 nous éclaire : le camping Les Galets, à Argelès-sur-Mer (Roussillon), a procédé à deux désinfections par jour, pour tous les espaces communs : transats, piscine, aires de jeu etc. Les sanitaires ? Les deux séances de ménage et de désinfection quotidiennes se sont accompagnées de l’installation de pulvérisateurs pour que chacun puisse nettoyer la douche ou le lavabo avant utilisation. Cette démarche ultra-sécurisée à induit un recrutement à temps plein et 15 000 euros d’investissement, pour un établissement de 230 emplacements. Cet exemple précurseur a montré que la lutte contre le coronavirus n’est pas gratuite, que les difficultés sont là et que les surmonter est possible, à la condition de certains efforts. L’étude Xerfi insiste sur “conjuguer lisibilité et visibilité de l'offre”. Cela passe aussi par la clarté dans votre dispositif sanitaire, aussi contraignant soit-il.