Et si les OTAs ne croyaient plus aux voyages d'affaires ?

Cette semaine, Booking a annnoncé l'arrêt de sa division "voyages d'affaires", tandis qu'AirBnB - qui a explosé les compteurs de Wall Street - se demande comment transformer ses locations de vacances en résidence de moyen terme pour télétravailleurs délocalisés ... Et si le voyage d'affaire, sous sa forme "traditionnelle", était bel et bien mort ?

Pendant la crise, les OTAs se ré-organisent et se recentrent. Expedia, par la voix de son CEO, annonçait la semaine dernière "avoir profité de cette période compliquée pour tout revoir, de A à Z" et "rendre notre offre encore plus simple à utiliser, pour faire revenir nos clients et en attirer de nouveaux au moment de la reprise ...". AirBnB, de son côté, a marqué l'actualité boursière avec un record d'introduction, jeudi dernier, et une valorisation record - au terme de la première journée de cotation - à plus de 42 Milliards $ ! Avec plus de 3,7 Milliards $ levés en bourse, le géant californien a les caisses pleines pour repartir à l'attaque sur le marché de la location de vacances ... et sur celui, plus nouveau, de la location longue durée, nouvel eldorado des OTAs. Ou comment proposer aux télétravailleurs d'accéder à des endroits faciles pour travailler, sur des temps longs, tout en se sentant "chez soi". Cette nouvelle "niche" n'en sera pas une longtemps si l'on en croit les trois principaux OTAs (Booking, Expedia et AirBnB) qui parient sur une mutation profonde des voyages d'affaires...

Lire aussi:
Booking se lance dans la longue durée
AirBnB se lance (aussi) dans la longue durée

Cours de bourse de AirBnB le 11 décembre dernier après ses 3 premiers jours de cotation.

Il n'en fallait pas plus à Booking pour annoncer sa décision de stopper sa division "Voyage d'Affaires" jusque là sobrement appelée "Business Booking.com". Et la décision est "sans appel" puisque le service stoppera son activité le 31 décembre prochain, soit dans quelques jours seulement.

Le site https://business.booking.com/ fermera ses portes le 31 décembre prochain

Dans ce portail, Booking adressait les grandes et petites entreprises en leur proposant de simplifier leurs process (pour leurs salariés), accéder à un catalogue quasi-illimité (de 600.000 établissements) et bénéficier de prix légèrement inférieurs à ceux du "grand public"; Booking rognant une partie de sa marge pour attirer l'effet volume de grandes entreprises comme L'Oréal, Netflix ou Google qui passaient par ses services pour héberger leurs collaborateurs en voyages d'affaires.

Nouveau call-to-action

Le voyage d'affaires est-il mort ?

En tous cas, dans sa forme la plus "traditionnelle", on ne donnerait pas très cher du voyage d'affaire:

  • l'utilisation de plateformes comme Zoom a explosé sous l'effet du confinement (mondial) et les tendances sont à la hausse pour sa généralisation: moins cher que des billets d'avion, des nuits d'hôtels et des repas ... les "missions Zoom" profitent aux grandes comme aux petites entreprises et l'habitude semble désormais bien installée dans l'esprit de nombreux employés qui redécouvrent les vertus du "rester chez soi" ou "stop aux déplacements fatigants" ...
  • de très fortes interrogations et contraintes pèsent encore sur l'avenir sanitaire et donc, sur les déplacements: aux US, moins de 12% des voyageurs d'affaires veulent reprendre la route ou les airs sans un retour "à la normale" garanti. Or, l'industrie du voyage ne voit pas de retour réel avant 2023 ... D'ici là, d'autres habitudes auront été prises ...
  • enfin, la tendance "anti-voyages d'affaires" semble innonder le monde du business à commencer par les plus grandes entreprises comme Microsoft, Apple Amazon ou Google qui ont décrété un stop quasi définitif de tous les voyages pour promouvoir télétravail durable et conférences en visio dans tous les sens ... De là, à penser que les entreprises de taille plus modeste imitent le mouvement, il n'y a qu'un pas...

La décision de Booking de stopper son portail Business n'est certainement pas étrangère à cette lame de fond. Aux US et dans le reste du monde, la tendance à limiter les déplacements (pour des raisons sanitaires, pour des raisons économiques mais aussi d'efficacité manageriale) est désormais entrée dans les moeurs. Le fait que le covid ait imposé cela à tout l'ecosystème en même temps n'a fait qu'accélérer l'adoption de ces philosophies à l'échelle globale...

D'autres formes en gestation

Ce que les OTAs imaginent c'est que le voyage d'affaires "traditionnel" (le saut de puce et une nuit d'hôtel) semble bel et bien condamné. En revanche, le monde du business ne cessera pas d'avoir recours à l'hébergement et aux transports ... mais sur des temps plus longs, par exemple.

Cette tendance va de pair avec celle, tout aussi forte du télétravail. Selon les spécialistes, s'il devient la règle, l'exception voudra que des salariés soient appelés "sur zone" pour des temps plus rares mais plus longs; par exemple, en se rendant dans un appartement proche de leur siège social pendant quelques semaines plutôt que quelques jours, et en télétravaillant sur place, tout en ayant la possibilité de se joindre à quelques réunions physiques avec ses propres collègues.

De nombreuses compagnies réflechissent, en effet, à un télétravail "permanent" mais à des rotations in situ des salariés par groupes, par services ou par missions. C'est cette tendance de fond qui appelera la proposition d'autres types d'hébergements ou de tarifs qui figure dans la vision des OTAs.

Bed & Brussels, un des pionniers de la location longue durée (équipé de elloha)

Cette situation vous semble futuriste et utopique ? Pas tant que ça ! À Bruxelles, par exemple, les locations longue durée sont légion depuis que les services de la Commission Européenne sont basées sur place. Des sites comme Bed & Brussels (équipé de elloha, NDLR) prospèrent sur ce marché de la "longue durée" depuis fort longtemps, avec succès.

Nouveau call-to-action

Pensez "longue durée" ... aussi

Le marché de la "longue durée" devrait connaître une forte aspiration dès les prochains mois et ce, aussi, sous le coup de projecteur que lui donneront les grandes entreprises et les OTAs.
Pour en profiter, rien ne vous interdit de créer des offres "longue durée" dans votre moteur de réservation avec une réduction d'autant plus importante que le séjour sera long.
Attention, toutefois, ces offres ciblant principalement un public "pro", n'oubliez pas d'y témoigner de toute votre attention en la matière : qualité de vos connexions, souplesse de vos horaires, dispositifs pour se nourrir (room service, kitchenette, livraisons), etc ... c'est aussi ce qui vous différenciera de vos concurrents. Car, si les déplacements pros ne sont pas totalement morts, c'est bien leur forme qui est en train de changer du tout au tout et donc la manière d'en organiser l'hébergement aussi ...