En Chine, la vie reprend lentement mais les touristes réservent 100% en ligne !

Même si nous sommes en plein - ou dans l'approche - de l'oeil du cyclone, savoir que cela va mieux en Chine et que la fin des confinements est progressivement engagée a tendance à nous mettre du baume au coeur. Si la vie reprend peu à peu, les chinois n'en oublient pas de se distraire après ces semaines de confinement. Et Confirmant nos "prédictions", ce qui se passe sur place en matière de tourisme milite en faveur d'une migration rapide des pros des loisirs vers le digital. Voici pourquoi ...

Le contingentement après le confinement

La vie reprend en Chine mais à un rythme très lent et on comprend bien pourquoi. De grands hôtels rouvrent leurs portes et pas seulement pour y organiser des séjours de "quarantaine" mais aussi pour y recevoir leurs clients dans le cadre de séjours "normaux". Les attractions, les musées et les grands "spots" comme la Muraille de Chine ont rouvert leurs portes mais dans des conditions de strict resseremment pour rassurer le client et éviter encore le moindre risque de rechute:

  • les "spots" touristiques ne sont ouverts qu'entre 20 et 40% de leur capacité d'accueil et ce, pour quelques semaines (mois ?) encore: cela veut dire que pour des raisons de prudence et de sécurité sanitaire, ces lieux ont choisi de redémarrer petit à petit en ayant soin de contrôler les flux de clients qui viennent chez eux. Compte tenu des résultats obtenus par les chinois dans l'endiguement de la contagion, il y a fort à parier que de nombreux grands sites français et européens prennent exemple sur la "méthode chinoise" pour les mêmes raisons de ré-assurance de leurs clients. Ainsi, dès le "dé-confinement", il est plus-que-probable que les principaux sites touristiques ouvriront aussi leurs accès au compte-goutte ... ou presque,

  • plus important encore, les guichets sont fermés et aucun billet ne peut être acheté ailleurs que sur internet: pas de file d'attente, pas de clients serrés les uns dérrière les autres, tout se fait depuis chez soi, en 100% dématérialisé ! Pas de contact avec les employés et les autres clients, un rapide contrôle d'accès via smartphone ou une "douchette" et la vie de ces sites reprend une activité à peu près normale.

Lire aussi:
La reprise profitera d'abord aux plus "digitalisés"
28% des pros des loisirs menacés de faillite

Nouveau call-to-action

La sécurité sanitaire sera la clé du redémarrage

Comme l'annoncent de nombreux spécialistes du tourisme et des loisirs, le digital sera clé dans la reprise de l'activité. Ne serait-ce que parce qu'il permet de dématérialiser toutes ces files d'attente qui seront de véritables repoussoirs pour les clients, les familles et les personnes de nature inquiète et prudente.

Comme on peut donc s'y attendre, une immense majorité de voyageurs et de touristes priviligiera les sites qui communiqueront sur cette gestion de l'accueil 100% sécurisé car, après tant de semaines de confinement et d'angoisse, les voyageurs ne sont pas prêts à se jeter dans des files d'attente à n'en plus finir.

Webinaire-5-Avec-Olivier-Dawirs

Mais, en matière d'accélération des pratiques "digitales", ce qui vaut pour les loisirs (d'autant plus que le phénomène des files d'attente et de la gestion des flux à l'intérieur des lieux est bien prégnant) vaudra aussi pour les hébergements. La notion de sécurité (sanitaire et sur place) sera tout aussi importante que celle de la réservation en ligne.

A Versailles, à Lascaux et dans les grands lieux touristiques, dans le "monde d'après", ce spectacle ne sera plus du tout possible. La dématérialisation de l'achat et le parcours "sans friction, ni contagion" sera la clé.

Selon GlobalData, un des plus grands centres de recherche statistique basé à Londres, les réservations d'hébergement via internet ne cesseront pas de croître; au contraire, selon leur dernière livraison, Covid ou pas, de plus en plus de voyageurs ne privilégieront que la réservation en ligne pour toutes les raisons que l'on connaît.


Estimation de la croissance des revenus des OTAs durant la période pré-Covid

Selon leurs spécialistes, si l'on prévoit une baisse de 25% de l'activité touristique cette année, la reprise devrait se faire à un rythme assez soutenu; de nombreux voyageurs souhaitant rapidement "changer d'air" et mettre fin de manière agréable à leurs longues semaines de confinement. Mais, comme nous l'avons précisé dans nos webinaires de la semaine dernière:

  • à proximité de chez soi (2 à 3 heures de voiture),
  • dans une logique toujours plus "hyper-locale",
  • et dans des lieux qui garantissent une véritable sécurité sanitaire; donc, en priorité, dans des hébergements gérés par des professionnels,

Selon les premiers chiffres de réservations analysés dans les zones asiatiques (Chine, Corée, Singapour, Taïwan) où l'épidémie semble en voie de maîtrise, les voyageurs recommencent à réserver pour des périodes supérieures à 30 jours; soit, clairement, en vue de la période estivale. Ces réservations sont encouragées par des offres commerciales aux conditions d'annulation très flexibles ... au cas où. Mais ces mouvements de réservations massives montrent bien que les voyageurs n'ont pas abandonné l'idée de partir en vacances cet été; même s'ils comptent bien rester à proximité de chez eux et principalement, dans leur pays.

Lire aussi:
Soyez flexibles pour relancer vos réservations

Pour les chercheurs londoniens, ces longues semaines de confinement auront eu la vertu d'accélérer l'adoption des usages digitaux par des pans entiers de la population et ces recours "sécurisés" aux achats et réservations via internet vont désormais rester ancrées chez une majorité de clients.

Les OTAs espèrent être les grands bénéficiaires de cette "migration digitale accélérée". En 2019, leurs revenus mondiaux ont atteint 332 milliards de dollars (+6,2%) par rapport à l'année précédente. En 2023, les prévisions pré-COVID-19 de GlobalData sont estimées à 446 milliards de dollars, soit une croissance de 7,7% entre les années 2020-2023. Mais, comme le précisent les chercheurs, il s'agissait là de prévisions pré-Covid. Il y a donc fort à parier que cette croissance soit, à moyen terme, bien plus forte.