28% des pros des loisirs menacés de faillite si l'activité ne repart pas sous 3 mois

Selon Arival, le spécialiste mondial du marché des "tours et activités", 28% des opérateurs sont en risque très élevé de faillite si l'activité ne repart pas au-delà de 3 mois ...

L'enquête a été réalisée (entre le 6 et le 13 mars 2020) auprès de 600 opérateurs et revendeurs spécialisés dans le domaine des circuits, des activités et des attractions. 81% des pros interrogés sont des producteurs d'offres et 19% des revendeurs. Pour ces professionnels, ==un ralentissement modérément prolongé des réservations pourrait entraîner une vague inédite de faillites.

  • La grande majorité - 73% - a signalé une baisse des réservations par rapport à 2019 depuis le début de l'année. Cette baisse a oscillé entre environ 40% et 60%; l'Asie-Pacifique étant la plus touchée. Des baisses qui devraient s'accentuer dans les prochaines semaines compte tenu de la généralisation du confinement chez près de 1 Milliard d'humains,
  • 17% déclarent, toutefois, que le volume des réservations est pratiquement stable; ceux-là même qui ont décidé de simplifier leurs processus d'annulation.

Nouveau call-to-action

3 mois pour sortir de la crise

Selon l'enquête menée par Arival, plus d'un opérateur sur quatre, soit 28%, fait face à un risque d'échec commercial modéré à élevé (faillite) si les restrictions de voyage ne sont pas assouplies et si la demande ne commence pas à revenir dans les trois mois. Ce risque s'élèverait même à 46% des opérateurs si la reprise ne commence pas après six mois.

Selon cette même étude, une majorité d'opérateurs, près de deux sur trois, ne survivront probablement pas au-delà d'un an.