AirBnB aurait collecté 16% de la taxe de séjour française

Pour la deuxième année consécutive, AirBnB vient de reverser aux communes concernées la taxe de séjour que la plateforme a directement collectée sur chaque réservation. Le montant collecté en 2019 s'établit à 58 Millions €, soit 16% de la taxe de séjour prélevée en France et plus du double de la taxe collectée en 2018...

Selon le rapport parlementaire sur l'élaboration de la réforme de la taxe de séjour, il se collecterait chaque année 365 Millions € de taxes de séjour, soit 1 Million € par jour ! Ces taxes sont collectées par les hôtels, les maisons d'hôtes, les campings, les loueurs de meublés, etc ... et, depuis, deux ans, directement par les plateformes de locations comme AirBnB, HomeAway ou encore LeBonCoin.

En rapport avec ce montant, les 58 Millions € de AirBnB

Lire aussi:
Taxe de séjour, ce qui change au 1er janvier 2019
Réforme de la taxe de séjour : c'est voté !
Taxe de séjour, maux de tête en prévision

Selon AirBnB - qui joue la carte du développement "rural" - près de 20% de ces recettes bénéficient à des communes de moins de 3 500 habitants.

Toutefois, pour l’année 2019, les trois villes ayant reçu les plus importants montants de taxe de séjour de la part d’AirBnB sont Paris (15,3M€), Marseille (2,3M€) et Nice (1,8M€).

Nouveau call-to-action

Le côté "rural" reste l'argument de choc de Airbnb - a contrario des villes qui mettent plutôt en avant le côté négatif des locations "galopantes" - et la plateforme annonce leur avoir reversé cette année plus de 10,5M€, un montant plus de trois fois supérieur à l’an dernier (3,2M€). C'est dire si la plateforme joue désormais sur les platebandes des traditionnels réseaux de locations de vacances français qui ont de plus en plus de mal à contrer cette concurrence féroce.

Par ailleurs, les locations de vacances en zone rurale restent une cible de choix pour le géant californien qui reste à l'affût de se créer le "catalogue" le plus large possible face à son "rival" Booking. En effet, selon AirBnB: *"Si seulement 7 000 communes françaises disposent d’hébergements de type hôtelier, 28 000 communes françaises ont au moins une annonce sur Airbnb..."

Enfin, AirBnB se veut un partenaire "vertueux" des communes concernées en "les informant mieux sur le tourisme sur leur territoire. Nous leur transmettons également des informations détaillées sur l’ensemble des séjours effectués sur leur territoire, incluant notamment le nombre de voyageurs, les montants des réservations effectuées et l’adresse des hébergements. Ces données permettront notamment aux communes d’avoir une meilleure compréhension de l’activité touristique générée via Airbnb, et de l’offre d’hébergement touristique sur leur territoire."