Habiter une oeuvre d’art pour oublier le Covid

Il n’y a plus de limites dans la forme des hébergements ! Le Covid est synonyme d’inquiétude et de problèmes ? Évadez-vous en parcourant les nouvelles tendances de l’hôtellerie alternative. A Francfort, on peut séjourner dans une œuvre d’art, preuve que l’imagination de l’industrie touristique n’a pas de limites. Cette bulle d’insouciance, dans une sculpture habitable, est salutaire par ces temps de difficultés répétées et de manque de perspectives sur la fin de la pandémie.

La qualité des séjours en hôtellerie ne peut pas être uniquement indexée sur le caractère irréprochable des règles sanitaires et autres protocoles anti-Covid. On ne peut pas indéfiniment mesurer l’intérêt d’un hébergement en fonction de ses caractéristiques fonctionnelles, un peu comme un appareil électroménager dont on consulte les performances pour le comparer à un autre, avant de faire son choix. En dehors des clous habituels, les hébergements alternatifs et insolites ont le vent en poupe, ils sont savamment répertoriés par plusieurs plateformes : nuitées dans une cahutte perchée dans les arbres, séjours dans un avion fixé au sol, dans un bateau restant à quai… Les formules sont innombrables et n’en finissent pas d’évoluer. Dans ce chapitre surprenant, nous avons vu comment le premier hôtel itinérant du monde a pu naître, pour offrir à ses clients un dépaysement pluriel. Ce cas très osé repose la notion essentielle de l’émerveillement du voyageur, une alchimie qui ne peut être uniquement fruit de prestations impeccables, mais d’un art de recevoir et d’émouvoir, difficile à faire entrer dans une "case". Pour aller plus loin et rêver un peu dans le contexte oppressant du Covid, explorons les "chambres d'hôtel les plus insolites du monde".2
Exposition-hébergement "TinyBE - living in a sculpture", Francfort, été 2021 © TinyBE

Un création artistique en guise de chaumière

Au niveau mondial, le plus surprenant des logements de l’été est installé en Allemagne. Jusqu’au 26 septembre 2021, des sculptures habitables situées dans le Metzlerpark, quartier des musées de Francfort, sont ouvertes aux candidats à des séjours hors du commun. Cette formule a été imaginée par l’hôtel Steigenberger Frankfurter Hof, établissement réputé qui se charge de l'aménagement des sculptures, du planning des séjours et de l’acheminement des clients, car les créations sont éparpillées dans le quartier. Ces sculptures à habiter, œuvres de Thomas Schütte, Mia Eve Rollow, Caleb Duarte, Christian Jankowski et quatre autres ne dépassent pas 30 m2 et sont toutes issues de matériaux durables. L’une d’entre elles a été conçue uniquement avec du bois, une autre se compose presque entièrement de plantes, une troisième de feuilles de champignons. Ces chambres d'hôtel, probablement les plus insolites du monde, sont logées dans des œuvres uniques. Elle suggèrent une expérience hôtelière et culturelle vraiment inimitable, dans le cadre d’un événement intitulé "TinyBE - living in a sculpture". Cette occasion de découvrir la scène artistique internationale pose la question "est-ce une expo ou un programme de logements ?", à laquelle le client répond en profitant des deux.

Seul un hôtel bien installé pouvait oser

Cette drôle d'initiative aurait pu paraître hasardeuse si elle était venue de nulle part, mais elle est lancée par un hôtel, inauguré en 1876, qui est une véritable institution. "Le Steigenberger Icon Frankfurter Hof représente la quintessence de l'hospitalité, de la qualité et de la tradition", estime Marcus Bernhardt, PDG du groupe hôtelier Deutsche Hospitality. Il se félicite de cette "exposition vivante, tangible et habitable qui annonce le retour de l'art et de la culture". Pour réserver l’un de ces hébergements exclusifs, il faut passer par l’hôtel porteur. A l’arrivée, un chauffeur transporte les clients vers leurs œuvres d'art habitables. Les neuf créateurs mobilisés sur ces formes de vie expérimentales souhaitent répondre à un problème social : "La pénurie de logements abordables et l'épuisement de nos ressources naturelles comptent parmi les problèmes les plus urgents de notre époque dans un environnement social où les populations urbaines augmentent, les prix de l'immobilier continuent d'augmenter et les déplacements font partie du quotidien de nombreuses personnes". Mais l’art n’est pas tout, car chacune des sculptures est équipée d'un lit confortable fourni par Steigenberger Hotels, partenaire de cette opération.

3
Exposition-hébergement "TinyBE - living in a sculpture", Francfort, été 2021 © TinyBE

Imagination no limits dans l’hébergement

Les nouvelles formes d’hébergement n’ont pas d’autres limites que celles de l’imagination humaine… en attendant le tourisme spatial, que Jeff Bezos (DG d'Amazon et le fondateur de l'entreprise spatiale Blue Origin) espère faire décoller en 2022, d’autres formes de d’explorations diposent d’une marge de progression : tourisme troglodyte en Anjou et en Andalousie, tourisme sous-marin en Océanie… Les nouvelles formes de séjours et d’explorations repoussent toujours plus loin l’exigence des consommateurs blasés par des expériences trop terrestres et trop banales. Faut-il indéfiniment contenter les souhaits de ce public souvent bobo, qui a besoin de s’alimenter de loisirs à haute valorisation sociale, sous forme de marketing personnel ? Rien ne peut freiner les envies de celles et ceux qui flattent leur ego et se positionnant selon ce qu’ils consomment, aussi éphémère soit l’expérience. Cette évolution de la recherche de lieux d’hébergement toujours plus éloignés du quotidien a quelque chose d’absurde pour les plus cartésiens, mais les jugements de valeur n’ont pas lieu d’être dans une consommation de produits d’hébergement originaux, sur un marché en pleine expansion. Il fallait bien cela pour oublier que la pandémie de coronavirus résume l’hébergement au pratique-essentiel-efficace et délaisse une écume de plaisirs de villégiature. Aux US, une autre tendance se fait jour : les appartements-galerie, où l’on expose des œuvres tout en proposant des séjours. Susan Clark, artiste du design engagée dans un projet du genre, explique que l’un des "plus grands enjeux du design est de contextualiser l’objet, de le rendre habitable". Cette créatrice installée à Carnegie Hill (Manhattan, New York) mise sur le haut de gamme, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pour les fans d’architecture contemporaine et de sensations nouvelles, parfois superficielles, cette tendance peut être déclinée dans d’innombrables excentricités. Un réel marché existe dans ces formules "délire", qui ont l’avantage de briser la monotonie et la frilosité instaurées depuis 18 mois par un virus que l’on croyait passager.1
Exposition-hébergement "TinyBE - living in a sculpture", Francfort, été 2021 © TinyBE