Prêt garanti par l'État: dernière ligne droite ...

Vous avez hésité à demander le prêt garanti par l’État, lancé fin mars pour sauver l’économie française ? Si votre hébergement est en manque de trésorerie à cause du Covid-19, demandez ce financement bancaire avant la fin de l’année, pour en profiter en 2021. Mais attention, cette aide n’est pas “open bar”.

Le dispositif mis en place par le gouvernement pour amortir les effets de la crise sanitaire comporte une aide au chômage partiel et 50 millions d’euros dédiés au tourisme durable.
Une autre mesure exceptionnelle, le prêt garanti par l’État (PGE), est destinée à rendre plus facile l’obtention d’un financement bancaire pour permettre aux entreprises, notamment d’hébergement, de traverser la zone de turbulences, avant d’embrayer sur un vrai retour d’activité. Vous ne l’avez pas encore demandée ? 560 196 avaient déjà été aidées fin juillet, dont 94 % d’entreprises individuelles, des TPE et de PME. 15 % faisaient partie de l’hébergement et de la restauration.
Pour cette mesure, les banques se sont engagées à vous épauler à « prix coûtant » : vous profiterez d’un taux d’intérêt équivalent à celui dont bénéficie la banque, légèrement variable d’un établissement à l’autre.

5b8907ffdd99a748668b4582

Agissez avant le 31 décembre

Compte tenu des délais administratifs, il est raisonnable de vous positionner rapidement. La première vérification à effectuer : avez-vous droit aux aides ? Le PGE est ouvert à toutes les entreprises, de toutes tailles et statut juridique, affaiblies par le Covid-19 : micro-entrepreneurs, artisans et sociétés peuvent y prétendre, même s’ils font l’objet d’un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire. Votre banque est nécessairement informée, et votre interlocuteur formé sur les modalités concernant cette facilité financière. Contactez votre banque avant le 31 décembre et complétez le dossier qui vous sera fourni.

Nouveau call-to-action

Attention ! Ce n’est pas un droit

Le PGE est un prêt bancaire et non un prêt de l’État. Les banques se sont engagées à le distribuer abondamment, à tenir compte de toutes les demandes et à leur fournir une réponse rapide (sous cinq jours dans le meilleur des cas). Mais ce prêt n’est pas un droit. La banque peut refuser son aide si votre santé financière lui semble trop précaire. En effet, la garantie accordée par l’État ne vise que 70 à 90% des sommes empruntées. Aucune autre sûreté ne peut être exigée pour couvrir le reliquat.

Si le prêt vous est refusé…
Sollicitez le médiateur du crédit de la Banque de France.
Avec davantage de proximité, et d’acuité sur votre situation, n’hésitez pas demander un prêt participatif ou à taux bonifié au CODEFI (Comité départemental d’examen des problèmes de financement des entreprises).

Mode d’emploi détaillé pour valider votre prêt

Lorsque votre banque vous donne son pré-accord, vous devez…

  • Obtenir une attestation de demande de PGE. Ce document comporte un numéro d’identification auprès de la BPI (Banque Publique d’investissement).

  • Vous connecter sur https://attestation-pge.bpifrance.fr/description

  • Créer un compte et le compléter (SIREN, coordonnées de votre banque, montant du prêt, etc.).

  • Obtenir vous attestation à partir du site.

  • Transmettre l’attestation à votre banque, pour déblocage de votre PGE et déblocage des fonds. Ouf !

Percevoir les sommes prêtées, puis rembourser

Le montant du PGE est plafonné à 25 % de votre chiffre d’affaires hors taxes de 2019, ou de votre dernier exercice clos, correspondant à un trimestre d’activité. Vous pouvez solliciter votre PGE au sujet de plusieurs prêts, mais leur montant total ne doit pas dépasser un plafond de deux années de masse salariale pour les entreprises créées depuis le 1er janvier 2019.
Une fois votre PGE obtenu, vous n’aurez rien à rembourser pendant 1 an, puis vous choisirez un remboursement étalé sur 1 à 5 ans.
Notre dernière recommandation n’est pas des moindres : ce dispositif est risqué si vous êtes guetté par le surendettement, si la crise économique persiste. Les taux bas appliqués par la Banque centrale européenne ont incité les banques françaises à accorder des crédits, mais il vous appartient de rester vigilant, et ne pas livrer toute votre confiance (et votre avenir) à ce dispositif qui ne constitue qu’une béquille de court terme. En premier et en dernier lieu, la solution, c’est vous.