Septembre reste "à faire" !

À l'heure des premiers bilans de l'été - plutôt positifs compte tenu des sérieuses inquiétudes qui planaient avant-saison - de nombreux pros espèrent un mois de septembre inédit en termes de réservations et d'occupation. Si pour les hôtels de centre-ville, les difficultés sont encore là compte tenu de la faiblesse du marché "pro", pour les destinations de vacances, les perspectives d'un été indien d'un nouveau genre sont réelles ...

Selon tous les professionnels (et leurs syndicats) interrogés, l'été aura quand même gardé de belles couleurs en termes de résultats ! Et août s'est même révélé bien meilleur que juillet en terme de remplissage (versus l'année précédente). Si la tendance se poursuit, septembre devrait même attirer un peu plus de vacanciers que l'an dernier à la même période. En clair, "septembre reste à faire" comme le martèlent de nombreux pros qui constatent une pression sérieuse sur leur planning de réservation des prochaines semaines. Pour beaucoup de français, les prochains jours seront donc synonymes de vacances tardives, loin des masses de touristes et sous le soleil d'une météo annoncée comme clémente. Un conseil ? Ne pas relâcher la pression pour "rentrer des réservations" le plus tard possible ...

Lire aussi:
La saison d'été pourrait durer 6 mois

L'intérêt pour des départs en septembre ne se dément pas: sur Google Trends, la requête "séjour septembre" décolle littéralement en août dernier.

En clair, il "en reste encore sous le pied" question réservations et opportunités de séjour. En France et en Europe, des centaines de milliers de requêtes ont explosé - dès août dernier - sur des dates de départ en ce mois de septembre. Ces voyageurs ne sont partis ni en juillet, ni en août et se sont gardés des créneaux de départ pour cette fin d'été ou le début de l'automne.

Attention, toutefois, certaines de ces requêtes sont associées à des recherches de séjour en France ... mais aussi, dans le reste de l'Europe. Pour beaucoup de voyageurs, en effet, l'espoir réside dans la possibilité de quitter le territoire et filer vers (numéro 1) les îles grecques ou (2ème choix le plus exprimé) le Portugal !

Toutefois, compte tenu des conditions sanitaires et des restrictions qui pointent leur nez de-ci, de-là (comme de devoir procéder à des contrôles au retour, voire carrémment à une quatorzaine), il y a fort à parier que ces voyageurs décident finalement de rester en France ... Et c'est là que votre communication doit s'adapter. Quand on est face à un potentiel de marché encore solide, mieux vaut garder une communication très costaud :

  • en priorité, sur votre propre site internet, car l'été 2020 a consacré le retour en force des réservations directes,
  • sur votre page facebook et vos autres réseaux sociaux,
  • sur vos commentaires Booking et Google : à chacune de vos réponses données aux clients de l'été, rappelez, par exemple, que *"septembre est encore une occasion idéale de revenir chez nous car la météo y est excellente et que la vie bouge encore beaucoup sur place ... idéal, pour passer un été indien au soleil et dans la tranquilité !".
Nouveau call-to-action

Adapter votre communication en cette "seconde" partie de l'été suppose aussi de ne rien lâcher sur vos conditions de réservation. Ne l'oubliez pas: la "Dernière Minute" est Le phé-no-mène-ne de l'été 2020 ! Et pour cause, beaucoup de voyageurs ont attendu le dernier moment pour réserver. La raison est simple ! L'incertitude sanitaire, les conditions du dé-confinement, la présence ou non d'activités attractives "sur zone", les blocages persistants pour les départs à l'étranger ... toutes ces raisons, et d'autres, ont eu pour effet de retarder le moment de la décision de réserver. En début d'été, l'équation du client se chiffrait à plusieurs inconnues :

  • où ? en fonction des zones rouges et vertes,
  • quand ? en fonction des risques de fermeture de tel ou tel secteur,
  • comment et pourquoi faire ? en fonction de ce qui était vraiment ouvert, "pratiquable", en termes d'activités, de restaurants et de loisirs, par exemple ...

En cette fin de "première période", de nombreux voyageurs sont prêts à partir (et, plutôt en France compte tenu du contexte encore incertain): ==c'est peut-être le moment (selon votre taux d'occupation) de "pousser" quelques offres bien pensées sur votre site, vos cartes-cadeaux et vos réseaux sociaux :

  • ne parlez pas "d'automne" mais plutôt "l'été au calme se poursuit ..."
  • évitez les clichés de la plage vide mais montrez quand même qu'il y a du monde autour de chez vous : cette clientèle de septembre 2020 n'est pas la clientèle automnale; elle veut donc des vacances qui sentent l'été,
  • continuez de valoriser vos extérieurs, vos plats d'été, etc ... montrez que la saison se poursuit, le monde et la foule en moins ...

Question prix, faut-il annoncer des baisses ? Soyez prudent(e) de ce côté-là: la demande est, comme on l'a vu, encore forte. Il n'est donc pas utile - sauf occupation en berne dans votre établissement - de baisser les prix. En revanche, pensez à des promos de "gratification" ("L'été, en septembre, on vous offre le petit-déjeuner !") qui sont bien plus appréciées par les voyageurs.

Enfin, actualisez votre site et vos réseaux sociaux pour souligner tout ce qui est ouvert (et pratiquable) autour de chez vous: montrez qu'en septembre, ça bouge encore et que de nombreux établissements sont ouverts (restaurants, bars, musées, loisirs ...). Pensez bien à actualiser vos articles en citant bien le terme de "septembre": cela devrait aussi vous pousser un peu plus haut dans les résultats des moteurs de recherche. Insistez particulièrement sur le sujet de l'été en septembre sur vos réseaux sociaux (facebook, en tête). Multipliez les belles photos d'ambiance sur Instagram avec des hashtags "Partir en septembre", "La France en septembre", etc ... Avec tous ces efforts, vous devriez faire une belle vendange de réservations ! Et en plus, c'est l'époque !