Booking reverse 15% de cash à ses clients

A l'heure où la crise sanitaire sévit encore aux US, l'industrie du voyage cherche tant bien que mal à sauver les meubles ... Après la vague inédite d'annulations à laquelle ont dû faire face hébergeurs (en direct) et OTAs et les demandes massives de remboursements, toutes les idées sont les bienvenus pour récupérer un maximum du "budget vacances" de ses concitoyens (à défaut des voyageurs internationaux). Booking tire le premier et innove ... cash !

Aux US seulement, Booking vient de lancer un programme inédit qui consiste à offrir 15% de la valeur de sa réservation si le client décide de réserver à nouveau dans l'établissement qu'il avait préalablement annulé.

Un exemple: j'ai réservé un séjour pour 1.000$ dans un hôtel (je n'ai rien payé car en mode postpaid). J'ai annulé mon séjour pour cause de covid. Mais, Booking me propose de réserver à nouveau en m'offrant 15% de ce montant en cash (on appelle cette technique le cash back à utiliser pour une autre future de mes réservations). Aussitôt que j'aurai séjourné et payé mon hôtel, Booking va créditer mon "portefeuille virtuel" de 150$ que je pourrai utiliser à mon gré sur d'autres réservations, d'autres adresses et d'autres périodes ...

Pour cela, le voyageur devra (re)réserver à nouveau (le même établissement) d'ici au 31 décembre et son séjour devra porter sur une date pouvant aller jusqu'à la fin du mois d'avril prochain. Sa "récompense" (15% en cash sera déposée sur son portefeuille virtuel chez Booking après l'entier paiement de son séjour. Mais, selon les déclarations de ses responsables presse, le client pourra aussi demander à récupérer ce "cash" directement sur sa carte bancaire ...

Côté hébergeur, Booking ne prélèvera aucune commission à ses "fournisseurs" et financera donc à lui seul ce geste commercial inédit.

Nouveau call-to-action

Cette initiative originale de Booking constitue un "bon coup de com'" au pays de l'Oncle Sam où les acheteurs sont friands de cash-back: plutôt que d'adhérer à un programme de fidélité qui leur reverse des points et qui leur donnent droit à des primes dont la valeur peut paraître, quelquefois, douteuse, Booking choisit la formule la plus percutante.

Même si toutes ses réservations ne transiteront pas par ce biais, Booking espère bien aussi relancer une bonne partie des réservations annulées (et elles sont colossales) à cause du covid. C'est bon pour son business et c'est bon, aussi, pour ses relations avec ses partenaires hébergeurs. A ce jeu-là, Booking leur montre aussi que son rôle d'OTA peut être éxécuté différemment (de ses concurrents) et qu'il tente par tous les moyens de rapporter du cash aux hébergeurs qui lui font confiance.

"Dans le secteur du voyage, nous partageons tous un intérêt commun: permettre à l’industrie du voyage de survivre à cette crise, a déclaré Arjan Dijk, vice-président senior et directeur marketing de Booking.com. Nous travaillons sans relâche pour ramener les affaires à nos partenaires, inspirer les voyageurs et les récompenser pour leur soutien aux entreprises locales afin que, le moment venu, nous puissions continuer à permettre à chacun de découvrir le monde plus facilement".

Pour l'heure, ce dispositif ne concerne que les US et son marché intérieur (entendez par là les clients américains qui ont réservé un hébergement aux US), mais il pourrait être étendu à l'international, toujours pour les US, puis, enfin, sur les grandes destinations de l'OTA comme la France. A suivre ...