Vacances subventionnées, cartes-cadeaux ... les recettes des "gros"

Quand le big boss de Booking réclame aux états de subventionner leurs vacances et que des régions comme la Sicile lui emboitent le pas en mettant 80 Millions d'euros sur la table, on se dit que cette idée semble faire son chemin partout dans le monde ...

"Après Pearl Harbor, je ne pense pas qu'il y ait eu des gens qui disaient "combien coûte ce porte-avions?" Nous sommes dans une guerre que nous devons gagner. Nous dépenserons ce qu'il faut pour gagner" ... c'est ce qu'a déclaré, Glen Fogel, l'emblématique patron de Booking au Financial Times, ce weekend. Et de réclamer que les gouvernements concernés acceptent de subventionner les vacances des gens, ce qui représenterait à ses yeux "une solution à la destruction de l'industrie du voyage par la pandémie".

Selon le big-boss de Booking, il faudra probablement "des années et pas des trimestres avant que les choses ne reviennent à leurs niveaux précédents" dans l'industrie du tourisme et des loisirs et d'indiquer que la prochaine grande étape pour le redémarrage sera forcément la découverter d'un vaccin qui lui semble plus-que-nécessaire "pour que le public se sente vraiment en confiance pour voyager à nouveau".

Pour le patron de Booking, cette idée de subventionner les voyages est enracinée dans l'esprit de nombreuses personnes car elle remonte du temps où les gouvernements (y compris, le libéral américain) étaient connus pour stimuler la reprise économique. Pour lui, il s'agit du même principe que celui qui consiste à subventionner d'autres secteurs de l'économie comme les voitures électriques pour encourager la transition énergétique.

Nouveau call-to-action

75 Millions d'euros pour attirer les clients en Sicile

Cette idée de subventionner les vacances a fait des émules puisqu'en Sicile, cette semaine, le gouvernement local a annoncé vouloir appuyer les offres commerciales de ses entreprises locales.

Le plan imaginé par le gouvernement local consiste à subventionner les séjours hôteliers subventionnés en offrant, par exemple, gratuitement une nuit lorsqu'un client décidera d'en réserver trois. Ceux qui resteront six nuits en Sicile se verront payer deux nuitées par les autorités locales.

Au titre des loisirs et des "expériences", la Sicile proposera aussi des bons d'achat pour des visites de musées et plusieurs dizaines attractions culturelles de l'île. Pour cela, le gouvernement régional affirme avoir réservé 75 millions d'euros à distribuer aux touristes via des bons et cartes-cadeaux.

"Nous achèterons des services tels que des nuits d'hôtel à des opérateurs, et nous les offrirons aux touristes, siciliens ou non, qui viennent chez nous", a déclaré le directeur de l'office du tourisme de Sicile, Manlio Messina.

On ne sait pas encore quand ni comment les coupons seront mis à disposition; le sujet opérationnel étant toujours en discussion à l'heure actuelle chez Sicile Tourisme.

20% de remise sur les carte-cadeaux chez Marriott

Du côté de la plus grande chaîne hotelière mondiale, la subvention n'a pas cours mais un dispositif promotionnel va voir le jour avec une remise systématiquement de 20% sur l'achat des cartes-cadeaux à utiliser pour réserver, ensuite, ses hôtels.

Cette mesure est, selon le CEO de Marriott, certainement l'arme la plus percutante pour relancer la consommation et la réservation d'hôtels : offrir un bon cadeau à ses amis et parents et bénéficier d'une remise importante pour les inciter, ensuite, à réserver par eux-mêmes.

Un dispositif que nous avons présenté lors d'un webinaire elloha sur le modèle de "Payez 200€ et obtenez 300€ de valeur" par exemple.

Nouveau call-to-action

Ces mesures très différentes les unes des autres montrent à quel point les stratégies ne sont pas liées vers la baisse des prix mais vers l'incitation, plus simplement. Même si, à première vue, on a le sentiment qu'elles s'apparentent à des remises importantes, elles doivent plutôt être vues comme des booster pour donner une raison supplémentaire de réserver dès maintenant et sans délai ... quitte à devoir venir en vacances bien plus tard dans l'hébergement ou la destination.