Dans le secret de Google : quels voyages les Français recherchent-ils ?

Avec les milliards de datas collectées, Google est en mesure de délivrer un état précis des désirs des français en matière de vacances. Le moteur de recherche n°1 révèle que nos compatriotes veulent partir très majoritairement en France (par obligation sanitaire), mais rêvent aussi de Maroc et d’Espagne. Parmi les requêtes nationales, le trio Paris-Lyon-Marseille était en bonne place en juillet alors même que l'on parlait d'un tourisme en berne aux abords des grandes villes ...

Ce n’est pas la première fois que Google sert à regarder par le trou de la serrure pour scruter les envies des êtres humains en matière de tourisme. Le principal moteur de recherche utilisé en France (92,4%) est un mouchard franchement utile, d’une précision inégalable, pour connaître les vrais désirs des consommateurs, ce qui les fait rêver, ce qu’ils aimeraient posséder, découvrir, s’offrir etc (ce que les consommateurs achètent réellement, c’est autre chose). À travers les mots clés que nous tapons dans la petite barre blanche du moteur de recherche, nous dévoilons chaque instant un peu plus le fond véritable de nos pensées, de nos désirs. Que les "data scientists" de Google n'ont qu'à résumer sous forme de tendances. C'est ainsi que les statistiques implacables de Google Trends nous confirment forcément que l’envie de France est extrêmement forte. En raison du Covid, notre pays a beau être une destination par défaut pour nombre de voyageurs (velléitaires ou effectifs), il suscite un intérêt souligné par un indice 100 sur notre graphe. Loin derrière, mais quand même, le Maroc est à 26 %.

1-3

Le classement de ces destinations est le fruit des recherches d’hébergement et de transport, aérien notamment. On constate que l’envie de Sud est quasi-intégrale chez les Français. La masse de recherches autour du mot "voyage" n’est pas loin des niveaux d’avant-crise, alors que cette requête avait dégringolé en 2020. La navigation des internautes qui recherchent le mot "voyage" est associée à d’autres mots qui en disent beaucoup sur leurs inquiétudes ou précautions : "test PCR" reste en tête depuis l’été 2020, suivi de… "Royal Air Maroc", "Autocar" et "quarantaine". Parmi les sujets explorés, on trouve aux premières places les mots "motif impérieux voyage" et "motif impérieux". La préoccupation sur les conditions requises pour rejoindre une destination augmente depuis le début de l’été.
Un important changement est intervenu en juillet dans cette course aux destinations : la France a obtenu un indice 100 sur 100, le Maroc a disparu, l'Espagne a plongé à 4 et l’Italie à 2. Le bleu-blanc-rouge s’est affirmé encore plus fortement.

Nouveau call-to-action

Partir en France : Paris suscite des envies de séjours

Lors d’un été traditionnel, l’Hexagone est choisi par 80 % des vacanciers Français, mais la pandémie fait augmenter ce chiffre. En juillet, celles et ceux qui ont souhaité voir leur propre pays ont surtout recherché des hébergements à Paris, puis dans le Sud/Sud-Est, tandis que Lyon a acquis une position insoupçonnable. Argeles-sur-Mer, la capitale européenne des campings, s'est elle taillée une part incroyable dans le Top5 des destinations les plus recherchées en France !

2

Lorsqu’on ajoute le critère du transport aérien, le classement est radicalement différent, et même contradictoire avec les restrictions sanitaires en cours ! Cela peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit de simples souhaits et pas d’intentions de voyages très concrètes. Nos compatriotes rêvent fortement d’aller à Casablanca, selon cette évaluation déduite des informations recherchées sur les vols nationaux et internationaux.

3-1

La différence est assez forte avec juillet 2020, lorsque les gagnants de ce palmarès étaient Ajaccio, Nice, Paris, Tunis et Marseille. Le classement de la Tunisie sur la liste rouge des destinations à fort risque de contagion, ajouté aux remous politiques du pays, jouent en sa défaveur.

Des USA à la Norvège, les surprises de Google

Les classements précédents concernaient des pays et des villes prévisibles, qui retrouveront certainement la clientèle française dès la fin du Covid. Pour l’instant, nos concitoyens se projettent, en vue d’un achat de voyage en 2022 ou 2023, et sont prêts à changer d’envies selon la carte sanitaire, ce qui produit un mouvement de yoyo dans certains chiffres, notamment ceux qui concernent le Maroc. En juillet, par rapport au 6 premiers mois de l’année, les clients hexagonaux ont rêvé de certaines destinations surprenantes et en ont boudé d’autres, plus évidentes (nous indiquons ici des valeurs moyennes).

4-2

La surprise est fournie par la Norvège, dont l’intérêt a progressé de 50 à 75% parmi les Français. Ce pays a repoussé sa réouverture totale à cause du variant Delta à la mi-août... mais la vaccination y concerne 78% des adultes. La Suisse, dans une certaine proximité rassurante, a profité de 25 à 50% de recherches Google supplémentaires. La chute du quatuor Espagne-Grèce-Tunisie-Maroc, après un début d’année favorable à ces destinations, montre bien que les consommateurs sont fortement influencés par les recommandations gouvernementales (classement des pays selon la présence du Covid).

Nouveau call-to-action

Quelques requêtes étonnantes et révélatrices

Parmi les recherches en forte augmentation en juillet sur Google figurent des destinations et des conditions d’accès (ou de retour).

  • Punta Cana
  • Voyage en Espagne depuis la France
  • Conditions voyage Espagne
  • Condition voyage italie
  • Quarantaine
  • Montenegro
  • Irlande
  • Fer à repasser de voyage

En conclusion :
Le grand chambardement lié au Covid continue, les clients français privés de voyages à l'étranger recherchent des alternatives, en tentant de remplacer certaines destinations par d'autres (faute de Grèce ou d'Espagne, ils iraient volontiers au Montenegro). Cette gentille infidélité révèle que les consommateurs veulent vraiment partir et sont prêts à changer d’avis pour le faire. Elle souligne que les destinations étrangères peuvent devenir des produits de consommation courante, interchangeables. Il faut y voir un avantage pour le tourisme français, dont la variété des terroirs et de l’offre peut fonder des choix solides... et fidèles.