Abritel tord le cou aux 10 "fakes news" sur les chambres d’hôtes

C'est une véritable déclaration d'amour que Abritel, la filiale française de Vrbo, a adressé aux chambres d'hôtes. A destination de ses clients, la plateforme spécialisée dans les locations de vacances, recense tous les préjugés entendus sur les chambres d'hôtes et les démonte un par un ... Une opération de charme à destination d'une catégorie d'hébergements qui a su "surfer" malgré la crise et que les plateformes de voyages veulent absolument attirer dans leurs "catalogues" d'ici le printemps prochain ...

“Chambres d’hôtes, on vous connaît si mal” ... c'est ce que pense Abritel et que la plateforme résume à travers la liste de 10 clichés, que nous sommes tous d'accord pour juger comme parfaitement injustifiés. Si, dans le milieu de l’info, on combat les fake news, dans le monde de l’hébergement, il faut encore combattre de faux clichés bien coriaces. Rien de tel que de dresser la liste de ces fausses idées reçues pour mieux leur tordre le cou. Une fois effectuée, cette démarche très utile permet de capter un gisement de clients qui boudent les chambres d’hôtes sans raisons sérieuses.
Sur la base de ses statistiques internes (une source très précieuse), la plateforme de réservations Abritel fait la synthèse des points négatifs qui peuvent empêcher un acte d’achat vers une chambre d’hôtes. Cette ressource est une sorte de “secret industriel” à connaître pour ajuster des stratégies marketing qui vous permettront de retourner les esprits récalcitrants dans le bon sens.

Nouveau call-to-action

Fake #1 : "En chambre d’hôtes, on petit-déjeune à heure fixe dans une salle commune"

Non, pas d’ambiance d’internat, pas de mère supérieure. Les chambres d’hôtes ne sont pas une caserne. Comme les hôtels, elles fixent des limites horaires au premier “repas” du jour, mais on peut s’en passer si l'on doit partir à l’aube ou s’offrir une grasse matinée. Il suffit d’en informer l’hébergeur la veille. Celui-ci est aux petits soins pour proposer produits frais et boissons chaudes ! Besoin d’intimité ? Le petit-déjeuner peut même être servi sur un plateau, à l'entrée de la chambre...

Fake #2 : "La chambre d’hôtes est un hébergement au rabais"

Quelle idée ! Moins cher que l'hôtel peut-être, oui, mais pas au rabais. Si les hôtels revendiquent quelquefois un côté "standard" (qui se veut rassurant), le service d’une chambre d’hôtes est toujours personnalisé. Il n’a rien à envier aux meilleurs hôtels de luxe : petit-déjeuner inclus dans le tarif global, parking gratuit, WiFi, déco, fleurs fraîches, en-cas, boissons à disposition... L'offre des maisons d'hôtes est devenue d'une très grande richesse depuis plusieurs années maintenant ...

toothbrush

Fake #3 : "On y partage la salle de bain"

Selon Abritel et ce qu'en disent ses études, cette fake news a encore la peau dure ... Et pourtant, quelle baliverne ! La chambre d’hôtes n’est évidemment pas comme une colocation entre étudiants potaches. Une écrasante majorité d’entre elles dispose de plusieurs salles d’eau, associées à chaque chambre ou suite.

Fake #4 : "Les chambres sont petites"

Mensonge ! Les hébergeurs sont des spécialistes en hospitalité, ils ont tout intérêt à respecter ce mot pour garantir et accroître leur réputation. La plupart des chambres d'hôtes permettent de s'isoler à loisir, ou, au contraire, d'interagir avec les propriétaires et les autres clients. Sans compter les nombreuses chambres d'hôtes qui proposent terrasses et jardins privatifs ... sans compter les grands espaces autour de leurs bâtisses !

Fake #5 : "Le petit-déjeuner “cholestérol” est de mise"

Faux ! Le petit-déjeuner est un élément fondamental de la chambre d'hôtes. Les hébergeurs ne le négligent jamais, ils s'attachent le plus souvent à préparer des petits-déjeuners légers en glucides, fidèles à une diététique stricte ou à un régime particulier, rattaché à la santé par l'alimentation. Certains hébergements sont donc vegan, veggie, sans gluten etc. Il suffit d'avertir les prestataires de son choix. Et, surtout, ils attachent souvent beaucoup de prix à proposer systématiquement des produits locaux ou "faits maison" !

ehpad

Fake #6 : "C’est un hébergement pour le 3e âge"

Et pourquoi pas une mini-maison de retraite ? Les seniors aiment les chambres d'hôtes car ils ont mieux compris leur philosophie d'accueil personnalisé et recherchent le contact. Cependant, les statistiques Abritel révèlent que près de 50 % de la clientèle a moins de 40 ans. Ce profil apprécie la liberté de l’offre B&B aux contraintes des hôtels, nombreuses et sans intérêt.==

Fake #7 : "L’environnement et la décoration sont vieillots"

Drôle d'idée ! Non, les chambres d'hôtes ne sont pas des refuges de randonneurs de haute-montagne vus dans les films vintage. Certaines obéissent aux codes de grands-parents - et le côté "authentique" a son propre marché - mais la plupart sont hyper actuelles. Ce sont parfois des maisons d'architectes spacieuses, des lofts, d'anciens espaces parfaitement requalifiés, sans objets ni breloques poussiéreuses. Le téléviseur HD et le lit king size deviennent un prérequis sans oublier le WiFi systématique même dans les zones les plus reculées.

Nouveau call-to-action

Fake #8 : "Des lieux inadaptés aux voyages d’affaires"

Ce n'est pas vrai. Les chambres d'hôtes sont principalement associées aux loisirs, mais elles s'adaptent de plus en plus aux voyages d'affaires, en proposant des chambre avec bureau, le WiFi gratuit (la fibre arrive aussi dans de nombreuses zones rurales) et même des photocopieurs y sont disponibles. On observe même une augmentation des offres tarifaires de milieu de semaine, du last minute et des longs séjours.

Shot this in the bridal suite on a wedding day. It was delicious. Yeah, I eat on the job (when appropriate, it’s a long day!)
Photo by dylan nolte / Unsplash

Fake #9 : "Le service repas se limite au petit-déjeuner"

Certainement pas ! Le breakfast ne se limite pas au repas du matin, les chambres d'hôtes sont d'ailleurs souvent des tables d'hôtes. Par définition, leurs propriétaires ont d'excellentes spécialités du pays à vous faire découvrir. Certains sollicitent des chefs réputés pour vous combler. La préparation de pique-nique, si vous souhaitez vous restaurer à l'extérieur, devient fréquente.

Fake #10 : "La chambre d’hôtes est juste une chambre"

C'est même tout le contraire ! Une chambre d'hôte, c'est l'occasion de découvrir un terroir, un territoire, une région, un esprit. À l'accueil, elles suggèrent des activités à pratiquer en famille, en duo, en solo. Paysages uniques, balades, lieux de fabrication de produits alimentaires, de confection traditionnelle, musées, artisans. Le savoir-faire des chambres d'hôtes repose sur cet ancrage. L’hébergeur est le patron d'un (virtuel) office de tourisme authentique, il vous oriente vers les bons plans et vous fera éviter les mauvais.

Des préjugés tenaces

Cette liste de préjugés qu'Abritel a mis à jour sur la base de ses propres requêtes et analyses internes en dit long sur la persistance de certains a priori que chaque propriétaire de maisons d'hôtes a l'occasion, de temps à autres, de devoir combattre. Pourquoi persistent-ils tant ? En réalité, cela tient souvent au fait que de tous les hébergeurs marchands, les maisons d'hôtes sont les adresses les moins représentées au plan national, par un syndicat, un groupement, etc ... qui fasse entendre sa voix, s'associe à des opérations de communication pour valoriser ce qu'est la maison d'hôtes, l'accueil en maison d'hôtes ... en fait, à part les guides spécialisés (comme Les Guides Rivages, par exemple) ou les offices de tourisme et les autres organismes publics, les maisons d'hôtes sont très peu représentées et défendues au plan national. L'initiative d'Abritel rejoint les actions menées par d'autres grands acteurs (comme Booking, par exemple) pour mettre en avant les maisons d'hôtes dans ce qu'elles ont de meilleur (et de commun) avec les très bons hôtels. Cette stratégie de valorisation est aussi une "opération de drague" ... car les maisons d'hôtes intèressent de plus en plus les plateformes de distribution : ouvertes bien plus longtemps, sur l'année, que les simples locations de vacances, capables d'offrir un service proche de l'hôtellerie (et donc de se vendre sur des "paniers moyens" plus importants), gérées par des propriétaires aux petits oignons pour leurs clients (et donc, avec de meilleures notes que les locations "sèches") ... elles représentent un produit-phare de la reprise touristique 2021 ...