Le tempo de la reprise selon les grands acteurs du tourisme

En 2020, le calendrier des prévisions de reprise touristique a été balayé par les confinements. Pour 2021, de solides éléments dessinent la tendance vers un regain au (terme du) deuxième semestre, passée la période de la vaccination et la crainte générale. Observons les prévisions qui guident les stratégies des "gros" du marché à l’échelle nationale ou mondiale.

En sollicitant les grands indicateurs disponibles, notamment à l’international, il est possible d’établir une feuille de route du redémarrage de l’industrie touristique de l’année. Nous avons additionné ces sources d’information pour établir ce plan de vol sur lequel pèse l’inconnue de la version 2 du virus, actuellement centrée au Royaume-Uni.

En ce début d’année, le désir de voyager pour les vacances d'hiver se détériore chez les Européens. Ils sont 49% à avoir l'intention de voyager avant la mi-2021 (ils étaient 54 % en octobre), selon une étude de La Commission européenne des voyages, parue fin décembre. Quand partir ? Là aussi, l'incertitude progresse. Seuls 17% prévoient de voyager d'ici fin janvier (38 % en octobre), tandis que 18 % ne prévoient carrément aucun voyage pour aucune période. La récente flambée de Covid reste l’ennemi numéro 1 des projets de voyage, malgré l’avancée de la vaccination, plus ou moins rapide et efficace. Ces chiffres restent "plombés" par le taux d'intention de voyages d'affaires qui reste, à la différence des voyages "d'agrément", au plus bas pour de longs mois encore ...
L’atmosphère de méfiance reste épaisse : l’avion est considéré à 19% comme l’élément le moins sûr d'un voyage, mais 51% des voyageurs ont l'intention de le prendre pour leur prochaine destination, contre 37% lui préférant la voiture.

shutterstock_749983663

Les British espèrent la franche reprise au printemps

Au pays du Brexit, VisitBritain parie sur une reprise progressive du tourisme dès le printemps. L’Office de tourisme de la Grande-Bretagne s’attend à accueillir 16,9 millions de visiteurs étrangers sur l’ensemble de l’année 2021, soit 73% de plus qu'en 2020, avec des recettes proches de 10 milliards en équivalent euro, soit une hausse de 59% par rapport à l’année noire 2020. Ces prévisions sont fondées sur “les premiers signes de reprise du tourisme entrant au Royaume-Uni", assure l'agence, qui attend une augmentation progressive des recettes de janvier à mars, avec des pics pour Pâques et le printemps, qui débute le 20 mars... Sous réserve de la fin des restrictions et d'une resorption rapide du nouveau "variant anglais". Pour cela, VisitBritain prépare une grande campagne de promotion adressée à la France et à l’Allemagne, qui mettra l’accent sur la quête de sens et sur la bienvenue. Pas sûr que cela suffise compte tenu de l'actualité prégnante (et virale, dans tous les sens du terme) qui affecte le Royaume Uni ... les esprits risquent de rester durablement marqués par les montées en puissance à répétition des poussées virales ...

PDG-Fritz-Joussen
Fritz Joussen, PDG de TUI © TUI

Travel Union prévoit un "été absolument normal"

L’optimisme est de mise chez Travel Union International (TUI Group), dont le PDG, Fritz Joussen, s'attend à "un été absolument normal". La vaccination dans les différents pays d’Europe est la garantie d’une reprise rapide si les personnes les plus vulnérables sont traitées en priorité. Cette condition fera “baisser considérablement les restrictions dans le monde”, assure le patron, qui juge au passage que les voyageurs vont dépenser plus car les privations de 2020 vont s’ajouter à leur “capital” de chèques de voyage 2020. Le renouveau sera progressif, 2021 étant une “année de transition” composée d’un premier semestre calme pour l'industrie du voyage, avant un redressement complet en 2022. Le géant du tourisme TUI, fortement fragilisé par la crise, a été recapitalisé par l’État fédéral allemand le 6 janvier à hauteur d’1,3 milliard d'euros.

Nouveau call-to-action

Airbnb s’engage pour septembre

Chez Airbnb, le taux d'occupation ne devrait pas se redresser convenablement avant septembre, selon les prévisions de la plate-forme d'analyse de données Mashvisor, qui a étudié les taux de 169 villes des États-Unis. La direction table donc sur la toute fin de l’été, après avoir observé que l’annonce des vaccins a profité aux réservations de locations à court terme dès novembre. Ce phénomène va aller crescendo, il progressera pas à pas, tous les mois. Un premier palier est attendu pour avril, avec 45,5% d’occupation (48,9% en avril 2020), puis 52,9% en mai (contre 56% l’année dernière) et enfin une réunion des courbes en septembre, avec 61,1% de taux quotidien moyen. Au passage, il est prévu une hausse des tarifs quotidiens, car les propriétaires tenteront de compenser leur perte de revenus et les surcoûts liés à la sécurité sanitaire des (futurs) occupants. Attention, le PDG de Mashvisor, Taylor Valore, se garde de toute euphorie : “la reprise ne se fera pas du jour au lendemain”. Prudent et rationnel, le boss estime que la plupart des clients se sentiront en sécurité pour faire des voyages “une fois que la majorité de la population aura été vaccinée”. Ce qui n'est pas demain la veille ...