Ski de fond et raquettes font la joie des hébergeurs

Le ski nordique et les raquettes ne sont pas concernés par les restrictions gouvernementales et rien ne laisse présager d'une ouverture rapide des remontées mécaniques après les fêtes de fin d'année. Pour l'instant et pour les semaines à venir, si votre hébergement est situé près d'espaces où ces activités sont possibles, foncez et adaptez votre communication en fonction ...

Nouveau call-to-action

L'embarras est palpable ... après les annonces (douche froide) du gouvernement sur le maintien en fermeture des remontées mécaniques, le discours des autorités a tenté de se concentrer sur le thème du "Oui, mais la montagne, ce n'est pas que les remontées mécaniques ...". Et si ce n'est le discours des offices de tourisme qui connaissent bien leur offre territoriale, difficile au niveau du gouvernement de promouvoir de manière concrète la longue liste des activités pratiquables en montagne hors du ski alpin ...
Cet hiver, les règles gouvernementales imposant la fermeture des remontées mécaniques jusqu’au 7 janvier au moins, a suscité une ruée des autorités et des medias vers les alternatives au ski alpin; un sujet resté très longtemps secondaire puisque la ski-roi l'emportait sur tout le reste dès l'hiver venu. Pourtant, à date, une question se pose : les raquettes et le ski de fond peuvent-il sauver la saison ? Pour la première fois, la presse s‘intéresse au sujet en s’adressant au grand public: le Figaro a même publié un Top 10 des stations de ski de fond en France, le 5 décembre. Ce palmarès “du Vercors au Jura en passant par les Vosges et les Pyrénées” aborde tous les niveaux… comme pour inviter certains à se lancer dès cette année. L'autorisation du ski nordique et de la raquette est un soulagement pour les acteurs nordiques, loueurs de ski, refuges… et hébergements touristiques. Ces pratiques, en mesure d’assurer la distanciation sociale, sont une opportunité inespérée, à condition d’être promues rapidement. Faute de grive, on mange du merle, faute de ski de piste, on fait du ski de fond ou des raquettes.

Snowboarders breath on a cold day
Photo by Alain Wong / Unsplash

Déjà des signes de succès

Faute de ski alpin, on observe un frémissement au Grand-Bornand (Haute-Savoie), où le ski de fond ne représente ordinairement que 20% du chiffre d’affaires. Dans les Pyrénées, où le ski de piste génère aussi beaucoup plus d’argent et d’emplois, la station des Angles espère que son vaste domaine en dehors de pistes attirera de nouveaux adeptes. Le maire, Michel Poudade, président de la Confédération pyrénéenne du tourisme affirme “Je suis persuadé que le ski nordique va bien marcher cet hiver dans les Pyrénées” car les montagnes sont “ouvertes, moins à pic que des grandes stations alpines”, un avantage “adapté au ski de fond ou aux randonnées à raquettes”.
A Cauterets, le directeur de l’Office de tourisme, Vincent Doutres, observe une nouveauté : les clients veulent connaître les alternatives au ski de piste… dans une station qui a commercialisé 10 000 forfaits de ski de fond en 2019, contre 320 000 pour le ski alpin. Le Plateau de Beille a réussi son ouverture, le 16 décembre, grâce à des centaines de pratiquants du ski de fond, dont beaucoup de débutants, selon les observations de son chef d’exploitation, Jean-Antoine Caballero. Ce site leader pour le nordique dans les Pyrénées (35 km de pistes de fond et 30 de raquettes) transforme les skieurs classiques en skieurs de fond, en attendant...

Christian-Frossard
Christian Frossard, Fédération Française de Ski © FFS

Attendez une clientèle plus active et sportive

Le ski de fond n’est pas la seule discipline autorisée, il faut ajouter le ski de randonnée, les raquettes, la peau de phoque, le biathlon, les balades en traîneaux tirés par des chiens, le poney-luge, le fat bike, le trail blanc, la marche nordique et même l’escalade sur glace ! Autant dire que ces pratiques en pleine nature visent un public sportif, relativement jeune, qui a envie de s’aérer plus que d’accomplir des exploits de vitesse. Les activités de glisse recherchées par ce public évitent la massification et l’éventuelle formation de cluster de Covid. Loin des télésièges et télécabines, elles sont une occasion de venir “à la neige”... et fournissent une occasion pour les hébergeurs proches. Les avantages du ski de fond pour la santé ? Il fait travailler les systèmes cardio-respiratoire et cardio-vasculaire “de façon intense ou modérée selon votre pratique”, détaille Christian Frossard, chargé du développement du ski de fond à la Fédération Française de Ski. En plus, ce sport “permet de brûler des graisses si l’exercice est suffisamment long et soutenu" et suscite “beaucoup moins de traumatismes articulaires et musculaires” que le ski de piste. Diable, que d’avantages soudainement révélés !

chiens-de-traiuneau

Changez de codes, parlez de "neige alternative" avec de belles photos

Votre hébergement est situé à une distance raisonnable d’une station proposant les disciplines alternatives au ski classique ? Positionnez-vous vite en adossant une mention, un logo, un article sur votre site et sur vos réseaux : ne raisonnez pas en distance, raisonnez en temps. Préférez “A 30 mn des meilleurs spots de raquette” que “Chez nous, c'est raquette et raclette !”. Evidemment, ne vous inventez pas une vocation montagnarde si vous êtes à 2 heures des pistes, mais si vous êtes à 1 h, cela en vaut la peine. Dans tous les cas, vantez les atouts du grand air, parlez du “ski autrement” ou de la “montagne autrement”, fouillez habilement dans les infos proposées par les stations, pour pouvoir détailler leurs prestations. Empruntez-leur des photos en demandant l’autorisation par mail, pour les relayer sur vos canaux. Elles ne vous diront pas non, au contraire. Ce sera l’occasion de vous signaler à elles, de vous positionner comme acteur territorial, solidaire et participatif.