"2020 est une année historique pour notre établissement !"

Recul des chiffres de fréquentation, trésorerie en danger, morosité morale… Derrière cette ambiance plombante, jetons notre regard sur les exploits remarquables de certains hébergeurs comme Jean-Marie BOUYER, heureux propriétaire de Spalazen, en Corrèze. Comme chez lui, ici et là, certains s’en sortent encore mieux qu’en 2019. Comment ?

Il n’y a pas de solution toute prête pour s’en sortir pendant le Covid. Certains hébergeurs foncent sur la communication pour ne pas se faire oublier de leurs clients, pour en séduire de nouveaux et pour rester eux-mêmes dans l’activité. D’autres n’ont pas besoin de déployer d’efforts supplémentaires pour réussir. Au cœur de la Corrèze, les cinq lodges du domaine Spalazen Nature ne désemplissent pas depuis le début de cette terrible année de Covid ! Le chiffre d’affaires global de 2019 était "déjà atteint fin novembre 2020", estime le propriétaire, Jean-Marie Bouyer, pour lequel décembre est un bonus inattendu. Ses hébergements 4 étoiles sont disséminés depuis l’origine sur deux hectares, dans la commune de Palazinges, proche de Brive-la-gaillarde. Ces unités indépendantes sont suffisamment isolées pour que l'interaction entre les voyageurs soit limitée, voire absente. L’entassement et la promiscuité ne sont pas le genre de la maison, fondée en 2017. Le Covid n’a pas de prise sur ce lieu, pas plus que d’éventuels futurs virus.Jean-Marie-4-1
Jean-Marie Bouyer, propriétaire de Spalazen Nature © Spalazen Nature

elloha : Le stress a envahi la profession cette année, mais pas chez vous…
Je n’ai fait absolument rien de différent, nous avons eu le droit de rester ouverts, mais pendant quelques semaines, les clients ne pouvaient pas venir en raison des restrictions sur les déplacements. Pourtant, 2020 est une année historique pour nous, jamais nous ne reverrons cela. Nous sommes complets jusqu’à la fin de l’année ! Nous avons continué de communiquer tranquillement, sans en faire plus que d’habitude, car il ne faut pas être alarmiste.
Ce que je ressens auprès de mes clients, c’est qu’il ne faut pas partir trop tôt : tant que le gouvernement n’aura pas donné un calendrier de reprise, il ne faudra pas trop communiquer, sous peine d’usure.

Nouveau call-to-action

L’isolement garanti est une chance ?
Oui, c’est lié au type de notre structure, ce sont de petites maisons, des meublés de tourisme avec Wifi, poêle bois, jacuzzi en terrasse. Les seules contraintes que nous avons eues étaient de ne pas accueillir les gens dans une pièce fermée et de ne pas servir les petits-déjeuners dans une pièce commune. Or, j’accueille depuis le début sous un auvent, et les petits-déjeuners sont servis dans chaque lodge. Les repas sont directement livrés dans le frigo de chaque lodge aussi, où il y a une cuisine tout équipée… Dès l’origine, nous avons poussé la conciergerie au maximum. Tout est fait dans le lodge du client, même les massages que nous proposons. Bien sûr, cette année, nous avons renforcé le protocole sanitaire, on nettoie et on désinfecte. Le public va se diriger de plus en plus vers ce type de logements, car il y a la sécurité du lieu, on ne croise personne et on a tout le confort.!

121177900_2800212120256233_6625981556630948539_o122502931_2813094842301294_1912111088178110197_o
123242198_2819753128302132_6538446887692269274_o
Les clients recherchent-ils la sociabilité ?
Non, lorsqu’ils arrivent, les clients veulent avoir plein d’astuces, de bon plans, de bonnes idées pour occuper leur temps, puis on les revoit plus. Ils sont autonomes, et même entre eux, ils ne courent pas les uns après les autres. Au fil de l’année, je n’en vois jamais partager l’apéro avec d’autres séjournants qu’ils ne connaissaient pas deux jours auparavant. Ceci, c’est ce que les gens cherchent. Chez moi, c’est le concept, il n’y a pas de voisins, nous sommes certifiés "Développement Durable - Clé verte”, avec des prestations hôtelières en liberté. C’est notre compromis.

Puisque votre fréquentation est en hausse… Qui sont vos nouveaux clients ?
D’abord, ce sont ceux qui partaient à l’étranger, qui partaient au bord de la mer, et beaucoup de citadins qui veulent faire un "green break". Pour les fidéliser, le fait qu’il viennent de plus en plus en plus à la campagne est une force, c’est un facteur important, qui s’ajoute aux campagnes de promotion menées par la région et le département, qui a aidé notre destination en développant le slogan “Cet été en Corrèze, voyagez très loin” et “l’Envie d’ailleurs”, pour l’ensemble de l’année.

Qu’avez-vous découvert cette année ?
J’ai découvert avec étonnement que l’on s’aperçoit de certaines évidences que l’on savait ici depuis des années : dans un hébergement, il faut du wifi, il faut un bel espace de travail, il faut que l’ameublement soit neutre, pour ne pas qu'on se retrouve dans une chambre d'hôtel.Chez nous, la fibre arrive actuellement, ce sera encore un plus.