68% des Français choisiront la France dans les 6 prochains mois

“L’envie de France” générée par la Covid-19 devrait se prolonger chez les touristes français jusqu’en février 2021, au moins. Avec cette estimation d’Atout France, affinez vos stratégies de séduction...

Le dernier baromètre mensuel d’Atout France et de l’Office de tourisme et des Congrès de Paris (31 août 2020) est sans équivoque : le marché touristique domestique reste puissant, tandis que la dynamique étrangère vers la France est bien plus nuancée. L’industrie touristique des semaines qui viennent consistera donc à compter sur nos propres forces : la fréquentation tricolore reste la première cible, le principal moteur, la formidable bouée de sauvetage sur laquelle on peut compter.

Chacun chez soi !

Le bilan depuis juin est limpide : la préférence exprimée par la plupart des ressortissants des pays européens pour leur propre pays a été le grand marqueur de l’été 2020. La France, malgré les menaces et les craintes initiales, a réussi à sauver son été touristique grâce à elle-même, sous forme de patriotisme territorial. Une sorte de tourisme à l’ancienne, qui s’est avéré moderne, inventif, en définitive nouveau !

Comme nous l'avions souligné dès les premiers webinaires elloha durant le confinement, le marché "local" et "national" devait être la priorité des pros et, si possible, en accentuant la pression sur la clientèle se trouvant à moins de trois heures de voiture (n'oublions pas le contexte de déplacements limités d'alors). Les pros ont tous réagi à ces enjeux et ont multiplié, d'abord les offres "locales" et, ensuite, les offres nationales lorsque l'horizon du déconfinement s'est dégagé.

Le gouvernement et des dizaines de collectivités locales ont, ensuite, emboité le pas de pros: départements, agglomérations et communautés de communes, métropoles (...) ont finalement misé sur des campagnes attrayantes, parfois en se comparant à de lointaines et célèbres destinations de prestige. Le résultat n’est pas négligeable, d’autant plus que ce réflexe de “protection-promotion”, axé sur le digital, a forgé une expérience qui pourra être re-mobilisée en cas de re-confinement ou de nouvelle crise sanitaire liée à d’autres causes 46070817-36951941
Campagne "Evadez-vous près de chez vous", 2020 © Vendée Tourisme

L'image, c'est bien, mais le chiffre d'affaires, c'est mieux !

Loin des stratégies d'images (d'inspiration plus ou moins pertinentes, c'est selon),pour cet automne, l'accent des collectivités est mis sur des offres plus commerciales du genre "1+1":

  • "Une nuit d'hôtel réservée dans telle ville rapporte une nuit d'hôtel gratuite !"
  • les box et cartes-cadeaux éditées par les destinations sont aussi de sortie en mode "promotion", avec des remises pouvant aller jusqu'à 50% dans les destinations les plus agressives ...

Cette communication plus commerciale donne ainsi aux collectivités une occasion supplémentaire de communiquer. Toute la question est de savoir, ensuite, si ces dispositifs sont vraiment vendeurs et ce qu'ils rapportent vraiment aux pros. L'heure des bilans, cet automne, sera certainement très suivie ...

“L’envie de France” va continuer

Pour la suite, quel est le scénario à privilégier ? La plus solide des hypothèses est un prolongement des “envies de France” par les Français. Atout France évalue à 68 % la proportion de touristes Français qui envisagent de voyager en France lors des six prochains mois. Pour cette période qui court jusqu’à février 2021 inclus, la destination préférée est la Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). Cette région est suivie d’Auvergne-Rhône-Alpes et de la Nouvelle-Aquitaine. Mais le reste de la France conserve son attrait, en accord avec une redécouverte régionale qui semble répondre positivement à la mondialisation.

Chez les étrangers ? Les envies de France sont devenues marginales, mais à hauteur de 24 % chez les voyageurs belges, 15 % chez les Suisses, 12 % pour les Hollandais mais seulement 6 % pour les Italiens, 5 % pour les Nord-Américains et 7 % également pour les britanniques, dont la mise en quatorzaine au retour d’un séjour en France anesthésie les envies d’Hexagone. Globalement, la prolifération de l'épidémie provoque une stigmatisation de la France par ses voisins et certains pays plus lointains. Aux dernières nouvelles, par exemple, la Belgique décidait de "rougir" certains de nos territoires pourtant toujours classés "vert" par le gouvernement français; ce qui représente autant de clients belges potentiels en moins.

Nouveau call-to-action

La Covid, c’est jusqu’à quand ?

Le public interrogé par Atout France est influencé par l’incertitude de la fin de la Covid-19. Durera, durera pas ? Y serons-nous encore l’été prochain ? La pandémie sera-t-elle toujours présente, sous forme de clusters très locaux, mais indétectables à l’avance ? Ces interrogations guident les choix de vacances et les stratégies des professionnels. L’étude d’Atout France décèle une donnée majeure : plus on évoque une période éloignée (décembre 2020, janvier 2021...), moins les touristes français expriment le désir de séjourner en France. Ils sont fidèles, mais prêts à devenir infidèles. L’incertitude sur la durée du Coronavirus joue un rôle déterminant et l’instinct et l’espoir sont forts quant à une fin de crise proche. La peur du covid, finalement, sauvera-t-elle la destination France ?

Tenez compte des raisons du "succès" de l'été

  • Les craintes envers l’étranger et la cacophonie internationale sur l’ouverture des frontières ont incité les Français à rester en France: cette situation persiste.

  • Des suppressions massives de vols se sont produites. La situation n'est pas rétablie à 100 %.

  • Les bons et chèques loisirs, largement distribués, ont produit des résultats.

  • Certains vacanciers recherchaient des territoires qui sont habituellement saturés en été (la Côte d’Azur a été submergée).

  • La montagne a souvent multiplié ses offres d’animation.

En conclusion : soyez bleu-blanc-rouge pour l’arrière-saison

Réussir le prolongement de la saison estivale (en mode XXL, c’est à dire jusqu’au 31 octobre, selon les critères de Ryanair), signifie miser sur la France. Le grand marché émetteur de la période septembre-février, c’est la France. Fort de votre expérience pendant la Covid, insistez sur la “proximité” (qui atteint parfois 200 ou 250 km…), sortez du périmètre de votre région pour assurer votre promotion si nécessaire, mais ne gaspillez pas d’énergie, ne vous dispersez pas. Votre hébergement accueillera certainement des étrangers limitrophes, mais ces clients (à choyer particulièrement) seront certainement rares. Attention ! En zones transfrontalières (proches de l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, le Luxembourg, l’Espagne, la Belgique), la fréquentation de proximité peut être un atout pour garnir votre planning de réservations. Dans ce cas-là, à vous de composer, de bien cibler, selon votre éventail géographique, en trouvant le bon degré d’ouverture vers l’étranger.