Le travail ? Une formidable occasion de vacances !

Travailler en vacances, ça plaît. Ce phénomène américain de “flexcation” concerne la longue période août-décembre 2020. Et s’il arrivait en France ? Tenez-vous prêt à adapter votre hébergement à ce nouveau mode de séjours.

Le spécialiste de la réservation de vacances Vrbo (ex-HomeAway) détecte les “flexcations”, dans son rapport dévoilé le 5 août. Sur fond de Covid, cette manière de passer des vacances en famille, pour celles qui aiment les modes de vie particuliers, repose sur la fluidité et la liberté, surtout en dehors de l’été. La flexcation (ne cherchez pas dans le dictionnaire...) est pratiquée par les familles qui réservent leur location de vacances pour la fin août, septembre, octobre et même plus tard. Elles restent plus longtemps, pour mêler le (télé)travail et les loisirs. Certaines introduisent le téléapprentissage. Ces familles américaines repoussent la rentrée (en s’arrangeant avec l’école), mais elles rentrent quand-même, en douceur. Il s’agit d’une clientèle de niche, car toutes les professions ne sont pas logées à la même enseigne, mais quand-même (40 % des emplois administratifs aux États-Unis pourraient être exercés à distance, d’après le gouvernement fédéral). Une manne, une opportunité que les professionnels du tourisme veulent profiter à plein régime aux US ... et, peut-être même, dès cet automne, en Europe !

Nouveau call-to-action

“Besoin de changer de décor”

Selon l’étude conduite par Vrbo, 48% des personnes interrogées peuvent travailler de n'importe où et ce phénomène devrait pouvoir s'amplifier sous l'effet d'une vie collective complètement bouleversée par le Covid. 21% affirment que ce nomadisme offre de grandes opportunités de voyage pour ce second semestre 2020 et sont donc prêts à aller vivre une nouvelle vague de télétravail sous d'autres cieux.

Parmi les personnes interrogées par la filiale d'Expedia, 67% déclarent “J’ai juste besoin de changer de décor” lorsqu'on leur demande les raisons qui motivent leurs vacances en famille jusqu'à la fin de l'année. Ces ennemis au mainstream veulent “voyager en dehors des saisons de pointe et essayer de nouvelles expériences, comme voir les feuilles de la montagne changer, voir tomber les premières neiges ou parcourir les plages quand il fait moins chaud", observe le président de Vrbo, Jeff Hurst. Vivre un large éventail d'expériences dans un endroit nouveau et trouver un certain équilibre avec les éléments sont des notions fortes. Côté travail, casser la routine est un solide levier d’efficacité.

unnamed
Lish Kennedy : Vrbo

Pas trop cher et en voiture

Les familles sont ”devenues résilientes et ingénieuses en choisissant des façons et des dates alternatives pour prendre des vacances”, observe Lish Kennedy, vice-présidente ”global brand” chez Vrbo. Ces vacanciers-travailleurs “flexcationers” recherchent surtout des maisons de vacances et se déplacent en voiture. Leurs séjours sont plus longs, d’une semaine à quatre semaines (cette dernière formule est en croissance de 15 % depuis un an selon les données Vrbo. Ils recherchent des destinations peu fréquentées, avec un bon rapport qualité-prix, habituel en arrière-saison. Leur souhait découle de la crise sanitaire, mais pourrait instaurer des habitudes durables.

Le groupe Accor lance le concept “Hotel Office”

Signe d'une tendance lourde ? En parallèle, le groupe Accor a présenté le 6 août son concept “Hôtel Office” : les salariés peuvent réserver une journée (9h-18h) et utiliser les chambres pour travailler. Ce service est aussi proposé par forfaits de cinq jours. Les "clients-travailleurs" disposent des salles d’agréments des établissements. Cette offre, déjà disponible dans 250 hôtels au Royaume-Uni et 70 autres à travers l'Europe, sera développée prochainement en France dans des villes de taille importante.

Nouveau call-to-action

Devenez “work friendly”

Si la flexcation est bien un phénomène américain, son observation mérite votre attention. Chacun peut citer en exemple quelques clients "pionniers" dans les établissements français de toute taille. Ces clients "professionnels" - rares - participaient à muscler le taux d'occupation dans des périodes souvent difficiles. Il semble que de leur expérience puisse naître, désormais, une offre commerciale d'un nouveau genre dans votre hôtel ou votre maison d'hôtes ... Le digital ne cesse de progresser dans l’économie et les possibilités de travail à distance aussi. D'autant plus que "possible", le télétravail va devenir "fortement recommandé" pour une grande partie de la population professionnelle.

À cette clientèle s'ajoute aussi celle des digital nomads « intermittents », qui n’ont pas besoin de territoire fixe lorsqu’ils créent une entreprise ou font la jonction entre deux postes. Ne négligez pas cette tendance, anticipez, en aménageant dans votre hébergement un espace favorisant calme et concentration. Surveillez la qualité de vos connexions et privilégiez des espaces des travail à la fois cosy et bien adaptés aux besoins de traquilité des workers. C’est peut-être déjà le cas.

Développez un environnement différent, qui favorise la créativité. Dans vos chambres, ou dans un espace commun de type coworking, fournissez une prestation à la hauteur avec wifi et un peu de confort. Faites savoir que vous êtes “work friendly” sur vos supports de communication en employant les mots adaptés à votre style, votre image et vos prestations : “travail détente”, “digital nomad”, “espace de travail”, “votre activité professionnelle continue”, “détente boulot” etc.
En résumé, retenez le concept : “travail ou plaisir, il ne faut plus choisir”.