38% des réservations devraient "tomber" cette semaine.

On ne cesse de le répéter, l'ultra-dernière-minute sera au centre des réservations de cette saison 2020 inédite. D'après OpinionWay, c'est durant cette dernire semaine de juin que le gros des "troupes" va passer à l'action et réserver de manière ferme et définitive. À vos moteurs de réservation !

Sur 1002 vacanciers français interrogés par l'institut OpinionWay, 38% ne vont finalement réserver leurs vacances que cette semaine ! Et ce n'est pas fini, 15% de plus restent encore sur leurs gardes en déclarant vouloir réserver en ultra-ultra-dernière-minute; soit, quasiment, de 2 à 12 jours avant leur arrivée chez vous.

Si l'on tient bien nos comptes, cela veut dire qu'à l'heure où vous lisez ces lignes, 53% des voyageurs n'ont pas encore réservé leur séjour; ce qui vous donne autant de chances de continuer à remplir votre planning !

Toujours selon OpinionWay, les maisons ont le vent en poupe (33%) contre 15% pour les hôtels. Les locations de vacances en appartement continuent de tirer leur épingle du jeu (37%) même si, toujours d'après cette étude, les propriétaires anticipent une baisse de 20% de leurs revenus pour le seul été 2020.

Une nuance, toutefois, concernant les hôtels, ce taux de 15% ne concernerait que les "grands hotels" (plus de 100 chambres) dans lesquels les voyageurs ont le sentiment de ne maîtriser ni l'espace ni la densité de public au mètre carré. La tendance serait bien plus forte pour les "petits hôtels" (moins de 50 chambres) pour lesquels une étude Deloitte démontre qu'ils attireraient 36% des intentions de séjours pour cet été.

Nouveau call-to-action

Si votre planning n'est pas encore plein, pas de panique ! Les prochains jours devraient donc être déterminants. Assurez-vous donc, d'ici là, que votre moteur de réservation soit bien réactifs, que vos offres y soient bien présentes et, si c'est le cas, que vos promotions s'y affichent correctement (notamment celles de "dernière minute").

Car, si les réservations se feront de plus en plus tard cet été, cela ne veut pas dire que vous allez louper le coche et qu'il vous sera difficile d'apparaître (comme ça) aux yeux des voyageurs de dernière minute. En réalité, de ce point de vue, rien n'a changé: les voyageurs réservent tard mais cela déjà plusieurs semaines qu'ils "surfent" d'un site à l'autre (et peut-être, le vôtre) à la recherche de la pépite pour passer un été 2020 hors-pair !

Ceux qui ont de grands trafics sur leur site l'ont bien vu: les visiteurs sont de plus en plus nombreux à regarder vos pages depuis des semaines mais le taux de conversion (rapport entre le nombre de réservations et le trafic) reste relativement faible. En conclusion, les gens vous visitent, regardent vos offres ... et attendent avant de réserver.

Sécurité et flexibilité

Dans ce qu'ils attendent, bien sûr, ce sont d'abord les consignes du gouvernement sur les libertés de mouvement d'un territoire à l'autre, sur le fait que les attractions et les restaurants d'une destination donnée seront bien accessibles à leur famille et donc, qu'ils pourront vivre chez vous des vacances qui ressembleront à de vraies vacances (les grands rassemblements en moins).

Mais ce que démontre l'étude d'OpinionWay, c'est que 83% des internautes sont très soucieux des conditions d'annulation que vous proposez et, de ce point de vue, on espère que vous avez appliqué les bons principes car, toute ambiguité sur le sujet pourrait vous être fatale, dernière minute ou non.

Avec l'intention de dépenser, en moyenne, un budget hebdomadaire de 1000€, les voyageurs français sont très vigilants à ne pas se faire bloquer ces fonds sine die si, par malheur, ils se voyaient contraints d'annuler leur séjour pour des raisons plus ou moins liées à la Covid. C'est donc à vous de rassurer de ce point de vue sur votre site, dans vos conditions générales, etc ...

Toujours selon OpinionWay, 89% des hébergeurs touristiques interrogés d'un autre côté, sont prêts à décaler le séjour de leurs clients ou à les rembourser s'ils en faisaient la demande. Comme quoi, cette flexibilité semble être rentrée dans les moeurs même si elle n'est pas, dans tous les cas, communiquée avec une grande clarté.

Lire aussi:
Le sans-engagement, c'est maintenant !

C'est donc cette semaine que les jeux "seront faits" pour une grande partie des pros du tourisme (ceux qui fonctionnent désormais majoritairement avec les réservations) et l'ultra-dernière-minute (15%) devra permettre de "corriger" le tir si vous avez les moyens de bien la gérer...