Les Grands Musées préconisent la réservation horodatée de leurs collections ... qui rapporterait plus, en plus !

C'est une grande institution internationale qui le dit: le CIMAM pour Comité international des musées et collections d'art moderne demande à ses adhérents (soit plusieurs milliers de musées, petits et grands dans le monde) de systématiser la réservation en ligne de leurs entrées pour une date, une heure et une durée donnée ...

Pour ces "grandes maisons" dont les collections peuvent être courues par des millions de visiteurs chaque année, il s'agit là de la condition sine qua non pour rouvrir leurs portes, d'une part, et pour garantir une gestion des flux de leurs visiteurs en toute sécurité.

Pour ses représentants, la réservation en ligne "chronodatée" a aussi l'avantage de savoir à l'avance combien vont arriver de personnes et donc, par ces temps compliqué de gestion des ressources humaines, d'adapter leur organisation en fonction.


A Disneyland Shangaï, la semaine dernière, la réouverture s'est faite sur un nombre limité d'entrées avec réservation en ligne obligatoire et arrivée cadencée pour éviter les longues files d'attente. Les 15.000 billets mis en vente pour le premier jour ont été raflés en quelques minutes seulement ...

Nouveau call-to-action

Plus d'achats sur place

Pour les sites qui ont redémarré (musées et, pas seulement, les sites de loisirs aussi) dans les pays concernés, la réservation en ligne exclusive des billets semble avoir un effet positif jusque là ignoré : elle participe à une augmentation du panier moyen du client. Selon plusieurs managers de sites, dès lors que le client a réservé et payé son billet en ligne, il est plus ouvert, une fois arrivé sur place, pour dépenser un peu plus d'argent, par exemple, dans les boutiques des musées et des attractions...

Du service-confort et du yield management

Au départ, les billets pré-payés sont apparus timidement (dans l'ère pre-covid) et certaines attractions les encourageaient en promettant une entrée plus rapide aux touristes qui réservaient à l'avance.

D'autres attractions, comme Universal Orlando et les parcs Disney américains, ont encouragé les visiteurs à venir pendant les périodes plus calmes en facturant des prix de billets légèrement inférieurs les jours qui devraient avoir une fréquentation plus légère. Et cela, en réagissant quasiment au jour le jour, voire plusieurs fois par jour, en adaptant le prix de leur billet en fonction des taux de remplissage constatés en temps réel.

Le musée Anne Frank d'Amsterdam, par exemple, ne propose que des billets à l'avance depuis plusieurs années déjà - avec 80% des billets vendus 2 mois auparavant - et, seulement 20% de ses billets volontairement restant mis en ligne le matin à 9h00. L'idée ? Créer la rareté et inspirer l'anticipation afin de mieux réguler les flux et les files d'attente.

Une chose est sûre - et sera encore plus vraie dans ces temps de post-covid - parce qu'ils éclaircissent les foules et éliminent les surtensions inattendues, les tickets chronométrés ont aidé à atténuer les désagréments des files d'attente dans de très nombreux grands sites touristiques.

Cet été, pour la même raison, les tickets chronométrés - ou chronodatés - aideront à respecter les précautions relatives à l'éloignement social...