Le voyage "santé-bien-être", tendance 2022 selon Booking

Les contraintes liées au Covid ont révélé aux clients de quoi ils manquaient, ils sont donc nombreux à reconnaître que leur santé mentale et émotionnelle s’améliore fortement lorsqu’ils "débranchent" de leur quotidien, ou lorsqu’ils savent qu’ils vont le faire ! Le "voyage santé-bien-être" est donc une grande tendance pour 2022, selon Booking, mais attention, la santé et le bien-être ne doivent pas êtres confondus avec le domaine médical.

On peut thématiser les vacances à l’infini, en axant les séjours sur le vélo, la gastronomie, les vins, le jazz, la randonnée… mais une grande tendance se dégage de toutes celles-là, et peut même en regrouper certaines : le bien-être. La première "International Wellness Tourism Conference", organisée les 29 et 30 septembre à Miami, faisait dire à sa principale organisatrice, Anne Dimon, présidente de la Wellness Tourism Association que "les consommateurs sont plus proactifs au sujet de leur santé que jamais auparavant".
En admettant que le retour généralisé des voyages arrivera l’année prochaine, on constate qu’un faisceau de petites tendances converge vers une grande tendance santé-bien-être.

Des prédictions jamais démenties

L’enquête "Travel Predictions 2022", commandée par Booking et mobilisant 24 055 personnes issues de 31 pays, dont 1002 Français, fournit de précieuses indications. Elle confirme que les clients veulent rattraper le temps gâché par le virus que et leurs envies ont un peu changé en quelques mois : le workation n’a plus la cote, l’authenticité a le vent en poupe, le tourisme prédictif intéresse.

  • 69% des Français vont tourner le dos au "Teletravel" ou "Workation" (travail en vacances),
  • 68% vont s’offrir des vacances plus courtes en coupure totale avec le travail (plutôt que des vacances plus longues, avec poursuite de leur activité professionnelle),
  • 72% recherchent des expériences authentiques, ancrées dans la culture de leur destination,
  • 56% jugent important que leur séjour profite au territoire d’accueil,
  • 71% souhaitent que leur argent profite aux populations locales,
  • 56% veulent faire de nouvelles rencontres lors de leurs séjours,
  • 55% sont impatients à l’idée de se socialiser pendant leurs congés,
  • 71% préfèrent des ==vacances partiellement improvisées (la santé est aussi le fruit de la liberté),
  • 42% de ceux qui ne sont pas partis en voyage depuis le début de la pandémie considèrent que l’argent ne sera pas un critère déterminant pour leurs séjours,
  • 56% seraient d’accord pour utiliser un outil suggérant automatiquement des destinations dans lesquelles il est facile de se rendre (dans le contexte Covid et post- Covid).

L’envie d’être libre est forte chez les voyageurs de 2022, après la période de restrictions liée au Covid. Cette liberté est un ingrédient favorable à la santé mentale, car elle procure un meilleur équilibre émotionnel.
Faire du bien aux autres, c’est faire du bien à soi : l’implication dans les lieux visités est corroborée par le rapport “15 Hospitality Trends for 2021/2022” de Financesonline.
2-2

Sur la base de cette dernière étude, Netaffinity affirme que les voyages expérientiels "continueront de faire fureur en 2022" en raison du temps précieux que nous avons perdu. "Les voyageurs mettront l'accent sur le partage d'expériences ensemble jusqu'en 2022 et au-delà". Les propriétaires d’hébergements ont tout intérêt à nouer des partenariats avec des entreprises locales pour proposer des expériences. "Quel que soit votre public, qu'il s'agisse de familles, de couples ou de retraités, incluez les expériences dans votre stratégie et vos packages 2022".

Les vacances définitivement bonnes pour la santé ?!

Après 18 mois de complications, confinements, déplacements limités et obligations variées, pour de nombreux spécialistes, les bénéfices des voyages sur la santé et le bien-être sont devenus très évidents. Ce qui est nouveau, ce n’est donc pas le bienfait du voyage, mais la prise de conscience de ce bienfait.

79% des Français interrogés pour l'étude Booking affirment que voyager contribue à leur santé mentale et émotionnelle… plus que d’autres formes de repos et de détente. Ce pourcentage élevé souligne sans ambiguïté l’attrait du bien-être (wellness) et de la santé dans la programmation d’un séjour.

Pour 64% des sondés, la prise de conscience de l’importance des voyages est née de l’impossibilité de voyager pendant la pandémie. 76 % estiment que leur santé émotionnelle s’améliore lorsqu’ils savent qu’ils vont partir en vacances. 25% veulent quitter leur zone de confort pour remettre les compteurs à zéro. Ces prévisions peuvent générer des slogans pour les hébergeurs : "La promesse d’un voyage, ça soulage", "Les vacances commencent dès la réservation !" etc.

Retrouver le sentiment de voyager pour la première fois !

Ce critère se révèle en force. Les vacanciers de 2022 veulent profiter de leur nouvelle virginité pour apprécier chaque instant de leur voyage. Ils s’apprêtent à savourer ce "premier" voyage avec des plaisirs simples, comme apercevoir un plan d’eau ou être caressés par le soleil. Estelle Verdier, la PDG de la plateforme Decathlon Travel, lancée en février, va dans le même sens : "Nous voulons promouvoir des voyages outdoor, pour reconnecter les gens avec la nature (...) pour qu’ils appréhendent au mieux l’environnement". D'autre part, son service de voyages sportifs insiste aussi, comme nous l’avons vu parmi les préoccupations générales des voyageurs, sur la "responsabilité sociale et environnementale" des destinations et des prestataires choisis.

Nouveau call-to-action

Être rassuré plutôt que voir le médecin

Comprendre et maîtriser les conditions du bien-être revient à cerner les envies des clients. Surprise ! La santé ne doit pas du tout être envisagée en lien avec le domaine médical. Une enquête de la Wellness Tourism Association, publiée à l’occasion de la conférence de septembre, révèle ce qui est important pour les voyageurs soucieux de leur bien-être. Par ordre de priorités classées "extrêmement importantes" de 1 à 5, on constate que l’enjeu est d’abord d’être irréprochable en matière de précautions sanitaires : rassurer et tranquilliser sont les fondamentaux à partir desquelles le voyageur peut construire son séjour, en laissant libre cours à ses envies.

1

Important ! A l’inverse, les cinq raisons classées "pas du tout importantes" sont :

  • L’accès aux professionnels de la santé mentale,
  • L’accès à des applis qui surveillent la fréquence cardiaque,
  • L’accès aux nutritionnistes,
  • L’accès à des médecins et à des tests médicaux,
  • L’accès à d'autres praticiens du bien-être.

Cela signifie qu’un séjour santé-bien-être n’est sûrement pas un séjour médical, même pas de loin ! Autrement dit, passer quelques jours en maison d’hôtes est très différent de s’offrir une cure dans une station thermale.

L’hébergement idéalement recherché n’est pas une clinique, même de luxe (les clients ne sont pas des patients), il est un lieu qui dégage du bien-être sans faire l’ostentation de pratiques médicales ou paramédicales (kinés etc).

Au mieux, si vous devez vous appuyer sur un axe santé, privilégiez celui des médecines douces qui est un axe à très forte croissance ces derniers temps.

Pour les hébergeurs qui souhaitent séduire un public dédié, il s’agit de procéder avec finesse, en avançant les arguments d’un environnement propice au bien-être, mais surtout pas en annonçant la présence de spécialistes en tout genre. La santé par les vacances, passe d'abord par les vacances et un vif sentiment de légereté.