Le Covid impose sa géographie du tourisme: qui peut aller où ?

La Covid-19 a pour effet de fermer les frontières ou de les rouvrir, et de restreindre les déplacements internationaux. Quels sont les territoires accessibles, particulièrement depuis la France ? Pour vous y retrouver, voici les informations disponibles au 29 septembre 2020.

Difficile de s’y retrouver lorsqu’on parle des pays accessibles depuis le durcissement général des mesures anti-coronavirus. On ne parle plus seulement de pays, mais davantage de régions, en raison de la proximité (zones transfrontalières) ou de foyers à forte circulation du virus. Malgré la cacophonie internationale et la difficulté de maîtriser les données de dizaines de régions européennes, voici des clés.
Tenez-vous au courant de l’évolution de la situation pour savoir à quoi vous attendre en matière de marchés émetteurs, sans perdre de vue que chaque pays rectifie très souvent ses recommandations.

Pour les Belges, feu vert vers la France

Depuis vendredi 25 septembre, les Belges peuvent de nouveau de séjourner vers les départements du Nord, du Pas-de-Calais et la Corse. Leur gouvernement avait classé ces territoires en “zones rouges”, il les a requalifiés en “déconseillés”. Le tourisme français a pu souffrir de cette mesure unique en Europe, car les autres Etats ont, au pire “recommandé de ne pas aller” mais pas “interdit” de rejoindre une destination.
La diplomatie belge actualise ses informations sur cette page gouvernementale.

Nouveau call-to-action

Quarantaine pour les Allemands de retour de 7 régions françaises

Vu d’Allemagne, où le taux de mortalité est quatre fois plus faible qu'en France, l’Hexagone est un "contre-modèle" dans le traitement du virus, en raison d’une négligence envers les protocoles sanitaires. Sont considérées comme régions à risque l'Ile de France, les Hauts de France, Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), la région Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes et la Corse. Les touristes revenant de ces territoires doivent passer par la case dépistage et rester en quarantaine dans l'attente du résultat. Cette contrainte est une dissuasion importante pour les candidats aux vacances et même aux week-ends en France. Bruxelles et les cantons suisses de Genève et de Vaud sont également déconseillés. L’Allemagne dresse sa liste de destinations “non recommandées” et classe l’Espagne en zone d’alerte, mais elle laisse à ses ressortissants la liberté de circuler partout.

mostafa-meraji-cUxF-FcFwL4-unsplash
Photo by mostafa meraji on Unsplash

Où peuvent aller les Français ?

Où peut-on partir pour les vacances, par exemple pour la Toussaint (17 octobre-1er novembre) à l’étranger ? L’Espagne est accessible, mais le virus y circule fort. On peut s’y rendre sans entrave (sauf Tenerife) et il n’y a pas de risque de quatorzaine au retour, mais le masque est obligatoire partout et on interdit de fumer en extérieur. Le ministère français des Affaires étrangères déconseille cependant de voyager en Catalogne et Aragon car “la situation épidémique reste évolutive”. Les Français de retour de ces régions sont fortement incités à se soumettre à un test PCR, insiste le Quai d’Orsay. Aux Baléares, la capacité d’accueil des restaurants est réduite et les lieux de loisir nocturne sont fermés. Dans Madrid reconfiné, les hôtels et restaurant ferment à 22 heures.

Le Royaume-Uni juge la France insouciante
Le gouvernement britannique impose une quarantaine de deux semaines aux voyageurs revenant de France et la presse s'inquiète de la méthode hexagonale. En août, le journal The Times a évoqué une ‘insouciance” des Français dans le non-respect des gestes barrières.
Les touristes européens ne sont pas autorisés à se rendre aux États-Unis et les frontières sont fermées (ou l'accès est restreint) pour la plupart des pays d'Asie. En Italie, les Français venant de Paris, de la région Occitanie, des Hauts-de-France, d’Île-de-France, d’Auvergne-Rhône-Alpes, de Corse, de Nouvelle-Aquitaine et de Provence-Alpes-Côte-d'Azur doivent présenter un test de moins de 72 heures ou s’y soumettre à leur arrivée sur le sol italien. Cette mesure exempte les travailleurs frontaliers et les voyageurs qui passent moins de 72 heures dans le pays.
Le Royaume-Uni impose une quatorzaine aux touristes en provenance de France et la Croatie paraîtrait laxiste, car elle ne contraint à rien. Le Maroc est rouvert aux Français depuis le 6 septembre à condition de présenter un test de dépistage négatif datant de moins de deux jours et un test virologique. L'Algérie est fermée aux Français et la quarantaine s'applique aux voyageurs de l'Hexagone en Tunisie.

En résumé, partir en vacances à l’étranger relève de l’étude universitaire car l’information est morcelée. Dans la jungle des infos, il est nécessaire de se renseigner au jour le jour pour éviter le tourisme à l’aveugle.