Après Le Monde, Le Parisien enquête sur AirBnB

Encore une enquête dont AirBnB se serait bien passé : cette semaine, après Le Monde, c'est au tour du Parisien-Aujourd'hui en France d'enquêter sur le géant mondial de la location de vacances et le faible montant d'impôts payés en France, moins de 100.000 euros pour la seule année 2016 ... Une situation qui a poussé le Ministre de l'économie, Bruno Le Maire, à annoncer de nouvelles mesures fiscales d'ici la fin de l'année ...

Selon Le Parisien-Aujourd'hui en France, AirBnB n'aurait payé que 92.244 euros d'impôts sur les sociétés pour l'année 2016. Ce "faible" montant serait la conséquence d'un montage financier et fiscal extrêmement avantageux qui passerait par plusieurs pays européens et qui se terminerait, comme pour tous les géants internet de la planète, par l'Irlande, à la fiscalité très avantageuse.

Source : Le Parisien - Aujourd'hui en France

Cette situation a entrainé une vive réaction du ministre de l'économie, Bruno Le Maire, qui a déclaré : "C'est le droit d'AirBnB d'opérer en France. Mais c'est notre droit aussi d'exiger de la part d'Airbnb et de toutes les plateformes du numérique une juste contribution au trésor public français", a souligné le ministre, annonçant une initiative au niveau européen pour la rentrée. Bruno Le Maire a certes reconnu que l'OCDE et la Commission européenne s'étaient déjà emparées de ces questions fiscales, "mais tout cela prend trop de temps, tout cela est trop compliqué", a-t-il regretté.

En France, AirBnB est le champion incontesté des locations de vacances : de 30 000 appartements proposés à la location en 2013, 100 000 fin 2014, puis 200 000 en 2015, il y en aurait au moins 400 000 en 2017.

Cette réforme, si elle devait intervenir, aurait certainement pour conséquence de taxer plus lourdement les plateformes multinationales pour leurs activités hexagonales et européennes; ce qui pourrait se traduire par une augmentation progressive des commissions prélevées sur les propriétaires ou les locataires.