AirBnB achète un site de locations de luxe

Le site québecois Luxury Rentreats International a été racheté cette semaine par AirBnB pour un montant (non dévoilé) qui devrait osciller entre 200 à 300 M$. Plus grosse acquisition de AirBnB depuis sa création, ce catalogue "très haut de gamme" s'inscrit dans la bataille titanesque que se livrent les grands acteurs sur ce segment très recherché par la clientèle moyenne et haut-de-gamme ...

Le ballet des acquisitions continue dans l'univers des locations de vacances haut-de-gamme. Après l'annonce de AccorHôtels la semaine dernière (voir notre article), c'est au tour de AirBnB de se lancer sur ce créneau manifestement très recherché: “Luxury Retreats offre un catalogue de très haute qualité, précise le porte-parole de AirBnB, avec un service de conciergerie de classe internationale.”

Luxury Retreats représente un potentiel de 4000 résidences supplémentaires (à son listing de 3 Millions d'adresses ... déjà) à travers le monde entier qu'AirBnB compte bien compléter par l'acquisition d'autres compagnies du même genre. De quoi alimenter la rumeur du lancement d'une marque (d'un site ?) ou d'un label appelé "AirBnB Lux" dont le milieu parle depuis plusieurs mois déjà.

Le luxe plus rentable que l'hôtel

Le soudain intérêt des compagnies hôtelières (comme Accor) pour les locations de luxe est la formidable rentabilité offerte par ce business :

  • des nuitées au prix bien plus élevé: de $2000 à $20000
  • des services additionnels, comme la concierge, la cuisine à domicile ... grassement facturés,
  • des commissions généreuses sur chaque réservation : de l'ordre de 20% au moins,
  • aucun mur à financer, aucune dette à porter ...
  • une réglementation et des contraintes bien moindres que dans l'hôtellerie,
Petit Marché mais Ultra-Rentabilité

En clair, le luxe est un "petit" segment - sur un marché estimé à 100 Milliards $ - mais qui rapporte des marges "ultra-confortables".

Par ailleurs, pour les groupes hôteliers comme Accor qui investissement ce marché, ce segment attire de nouveaux clients - que les hôteliers ne touchaient pas auparavant - et cela leur permet d'accroître leur présence territoriale à moindre coût, car sans aucun investissement ...

Quelles leçons tirer de tout cela ?

Quand on est un hôtel ou une maison d'hôtes de charme, après bien des années d'efforts d'investissements, ces chiffres déroutent et donnent le tournis.

Un hôtelier de mes amis, récemment, se demandait s'il ne ferait pas mieux de tout vendre et de se reconvertir dans le très haut de gamme en maisons de vacances.

On peut - effectivement - se poser la question mais on peut aussi travailler sur ses fondamentaux (comme on dit au rugby...) et enrichir son établissement d'une expérience client supérieure.

C'est quand même là que se situe le coeur du marché: pas du haut-de-gamme mais de la gamme-haute, c'est-à-dire mettant en avant un excellent rapport qualité-prix.

C'est aussi ce veut mettre en avant AirBnB en proposant la réservation d'hôtels (voir notre article) ou de maisons d'hôtes sur son site: des lieux, certes, des nuitées ... mais, surtout, un accueil et des services que seuls les hôtels et les maisons d'hôtes sont en mesure d'apporter aujourd'hui encore à des prix raisonnables.

La concurrence - aiguisée par les portails mais, surtout, la floraison de photos toujours plus attirantes les unes que les autres - encourage un business de l'expérience plus que du simple hébergement.

C'est sur ces points que chacun doit travailler pour valoriser son activité et le fonds de commerce de son hôtel ou de sa maison d'hôtes.